De nombreuses armes et 35.000 euros cash ont été saisis

Après quelques semaines d'enquête, la Police Judiciaire Fédérale (PJF) de Mons est passée à l'action. Ce mercredi matin, une opération judiciaire a en effet été menée sur le territoire de Colfontaine, en collaboration avec les Unités Spéciales de la Police Fédérale et des enquêteurs de la zone de police boraine. Le service d'appui canin a également prêté son concours à cette opération de police intégrée qui a mobilisé 25 enquêteurs.

Le jeu en valait la chandelle puisque ceux-ci ne sont pas sortis bredouille de cette vaste opération. L'enquête porte sur la détention d'armes prohibées, anciennement reprises dans la catégorie des armes de guerre, par des personnes domiciliées à Colfontaine. Trois adresses et un box de garage ont ainsi fait l'objet de perquisitions, dès 5 heures ce mercredi matin.

Deux personnes, deux frères déjà bien connus des services de police, ont été interpellées et privées de liberté en vue d'une mise à disposition du juge d'instruction. Hier en fin d'après-midi, elles devaient encore être entendues. Au total, ce ne sont pas moins de 15 armes à feu de tout calibre qui ont été trouvées et saisies chez les suspects.

Citons notamment un pistolet-mitrailleur UZI 9mm et un scorpio 7,65 mm, deux riot-gun, une carabine Winchester, sept armes de poing dont cinq sont soumises à une autorisation de détention, un fusil à verrou et un fusil de chasse, tous deux signalés volés, un fusil sans pièces mobiles, quelques centaines de munitions de tout calibre en vrac et en boîtes, des chargeurs garnis pour les pistolet-mitrailleur, une matraque télescopique et, enfin, une bombe lacrymogène.

400 grammes d'herbe, 70 grammes de shit et un gyrophare bleu ont également été saisis. Enfin, 35.000 euros cash ont été retrouvés dans une boite métallique par les enquêteurs. Quelques personnes ont été entendues par ceux-ci mais ce sont les deux frères qui étaient concernés par cette enquête, minutieusement menée depuis plusieurs semaines.