Mons Patrick Piérart a été acquitté sur toute la ligne. Aucune procédure d’appel n’a été lancée

Fin décembre 2017, Patrick Piérart, ancien bourgmestre de Colfontaine et ex-président de l’intercommunale IRSIA, faisait face à la justice montoise et prenait la parole pour se défendre des accusations de faux, détournement d’argent public et abus de biens sociaux portées à son encontre depuis de très longues années.

Un mois plus tard, le président de la chambre Eco-Fin du tribunal de Mons l’acquittait sur toute la ligne. Si le soulagement était déjà de la partie, il l’est encore un peu plus en ce début de semaine. Patrick Piérart a en effet appris que le jugement était définitif, aucune procédure d’appel n’ayant été entamée dans le chef des parties adverses.

"J’apprécie sincèrement l’arrêt, l’absence d’acharnement dans ce dossier. Je peux comprendre que l’on ait pu se poser des questions. Le dossier a été soumis à la justice, elle a rendu un jugement tout à fait motivé et aujourd’hui, la vérité judiciaire semble acceptée. La justesse de mes explications a été reconnue, ce qui est pour moi presque aussi important que l’acquittement en tant que tel", commente l’ancien bourgmestre.

La patience aura pourtant été de mise. "Ce dossier a débuté il y a près de dix ans ! Si le Parti Socialiste avait simplement demandé à m’entendre il y a dix ans, des explications auraient pu être données et nous n’en serions peut-être pas arrivés là. Mais personne n’a souhaité m’entendre, préférant foncer tête baissée dans un très long combat judiciaire. Oubliant peut-être que derrière moi, il y a une famille, des parents, des enfants, des proches,…"

Bien que soulagé, Patrick Piérart reste amer. "C’est dix ans de vie abîmée pour finalement pas grand-chose. Je pense que peu de gens sortiraient indemne d’un tel acharnement. Aujourd’hui, je peux croire que 2018 sera une moins mauvaise année. Après avoir obtenu gain de cause au Conseil d’État dans un autre dossier me concernant (le retrait de son mandat de police, NdlR), voilà un nouveau dossier bouclé." Deux dossiers impliquant le Colfontainois devront encore être épluchés par la justice, en juin et en octobre prochains. Après quoi Patrick Piérart espère en être quitte.