Donner l'envie aux habitants de rester, en attirer de nouveaux et attirer les investisseurs immobiliers est un défi pour Boussu

Attirer de nouveaux habitants et les investisseurs immobiliers est un défi dans de nombreuses communes. À Boussu, quelles sont les solutions proposées par les partis pour éviter que les habitants ne quittent la commune vers d’autres contrées ?

PS (Jean-Claude Debiève) : « Il faut la rendre la plus attrayante et la plus attractive possible. Contrairement à ce que certains prétendent, les investisseurs immobiliers portent un intérêt tout particulier à notre commune. Pourquoi ? Car il y a du commerce, des écoles, de nombreuses offres de services, deux hôpitaux, des associations, des clubs de sport sérieux, 5 maisons de repos et, surtout, des artisans qui proposent des produits de qualité ! De plus, nous avons récemment fait l'acquisition de la gare, afin d'étendre l'offre de service public à notre population. Les investisseurs le savent et de nombreux projets sont en cours de préparation voire de finalisation. Notre entité est en pleine mutation. Aujourd'hui, il est indispensable de proposer aux citoyens des logements modernes répondant aux exigences en termes d'isolation et de confort. L'ancienne Gendarmerie, le Quartier d'Apt et, prochainement, le site du Trieu Jean Sart (500 logements et résidences-services) en sont les plus beaux exemples. »

ECHO (Guy Nita) : « La commune est caractérisée par des indices sociaux économiques en dessous de la moyenne (formation, salaire moyen, taux d’activité). Elle est correctement desservie en ce qui concerne les services aux personnes, les commerces, les transports en commun et le réseau routier même si des améliorations sont souhaitées, surtout pour les cyclistes. Mais pour que les habitants restent à Boussu, il faut qu’ils puissent bénéficier d’un environnement de qualité et d’un travail rémunérateur. Echo souhaite soutenir la vie associative (culturelle et sportive) pour une commune vivante et attractive. Le parc de logement public est à améliorer, il nécessite une rénovation en profondeur (sanitaire, électricité, …). Par ailleurs, tous les propriétaires sont invités à améliorer l’isolation et le confort de leur habitat et de leurs jardins. Les politiques régionales offrent les incitants utiles pour ce faire. La commune, le cpas et le monde associatif peuvent jouer le rôle de facilitateur en la matière. »

Agora (Cyril Mascolo) : « Pour attirer de nouveaux habitants, il nous faut avant tout une commune propre et propice à l’emploi. Une commune sale n’encouragera pas les gens à investir. Il nous faut une commune qui possède une image de marque. Il y a plusieurs pistes que nous défendons avec AGORA, comme la promotion de la culture et du tourisme (Grand-Hornu, Château de Boussu, Chapelle des seigneurs.) La création d’un office du tourisme dans notre commune serait un premier pas vers une commune attractive. N’oublions pas aussi d’inciter les promoteurs immobiliers et les habitants à investir dans des constructions durables pour éviter de payer des bâtiments vides quelques années plus tard ! (exemple de la Corderie). »

Rassemblement Citoyen (Simone Frédérick) : "Avec 49,07% de surface agricole, 4,18% de bois et 34,03% de terrains bâtis, la marge de manoeuvre est réduite. On constate une dévalorisation croissante de certains bâtiments, un habitat inadapté et vétuste ainsi qu’une baisse de la demande d'achats vu le contexte économique et la hauteur des centimes additionnels qui bloque les investisseurs particuliers. Une commune « agréable à vivre », se doit de développer de meilleurs services urbains et apporter une attention toute particulière à la propreté des espaces publics, à la réduction des nuisances, à la mise en place d’une politique d’accompagnement familial. L’accueil de nouveaux résidents sera facilité par l’assurance d’une qualité de vie, de bien-être et de confort associée à un sentiment de sécurité. Il faut agir sur tous les leviers: l’habitat, la fiscalité, stopper la fermeture des services de proximité, faire le choix d’une mobilité durable, optimiser l’aménagement urbain et impliquer la population dans tous les projets communaux. »

JEXISTE (Karl Delsarte) : « Pour que les gens ne quittent pas notre commune, la rendre attractive avec un cadre de vie agréable, lui donner des raisons de vouloir y vivre: redynamiser les centres des villages (commerces...), de la sécurité, de la propreté, faire pour que notre entité attire du monde de l’extérieur, prouver que nous existons: commerces spécifiques, places conviviales, terrasses, animations et spectacles. Et notre zoning... Une bonne partie de ces motifs donnera une demande de logement et pas du logement social et attirera l’investisseur immobilier.

Mouvement Réformateur (Nancy Derumier) : "Il est impératif d’améliorer encore et encore le cadre de vie de nos habitants en aménageant plus d’espaces verts, en préservant leur propreté par une surveillance accrue de la part d’un personnel destiné à cette tâche (l’embauche d’articles 60 est entre autre une idée soumise dans notre programme). Le parcours Ravel, par exemple, n’est pas assez entretenu. Notre programme s’articule aussi sur l’aménagement d’espaces « santé » : l’installation d’un parcours d’exercices dans le parc de Boussu serait une alternative efficace pour les citoyens désireux d’allier promenade et exercices physiques. La sécurité est aussi un dossier épineux. Il est important que nos citoyens puissent profiter en toute sécurité de notre belle commune. Le Ravel fait souvent l’objet d’une inquiétude voire d’agressions. Il est aussi le lieu d’un commerce douteux. Les patrouilles de police devraient se faire en vélo sur le Ravel et dans nos rues. La proximité avec les forces de l’ordre instaurerait un climat propice au bien-être sécuritaire. Il est bien entendu contraire à nos idées de créer un « état policier », mais nous devons montrer aux citoyens notre capacité à les protéger, les conseiller. La présence plus active des agents de quartier est aussi un élément de notre programme."