Pour beaucoup, la prévention est cruciale

Dans le cadre de notre série "Un jour, une commune", nous demandons aux différentes listes colfontainoises ce qu’elles auraient à proposer en termes de sécurité alors que ce déficit est régulièrement dénoncé. Tour d’horizon des réponses des têtes de liste.

Parti Socialiste (Lucien D’Antonio) : "Contribuer à notre niveau à une meilleure sécurité, c’est travailler sous différents axes. Pour moi, c’est aussi important de bénéficier d’un éclairage performant pour rendre les rues plus sures, d’avoir des trottoirs ou des chaussées en bon état. D’ici un an ou deux, la commune sera équipée complètement de points lumineux avec la technologie du Led. On y voit presque comme en plein jour. Même s’il reste du travail, notre politique de réfection des trottoirs se poursuit et de nombreux chantiers sont déjà planifiés pour la prochaine mandature. Enfin, puisqu’on réduit souvent la sécurité à la criminalité, on doit admettre que l’on n’est pas pleinement satisfait. Mais ça s’explique notamment par le fait que nous faisons partie d’une zone de police regroupant cinq communes et que nous n’avons donc pas la maîtrise totale en termes d’actions. Je constate toutefois, via les statistiques publiées par le Ministère de l’Intérieur, que nous sommes en nets progrès dans de nombreuses rubriques. Et que Colfontaine n’est certainement pas moins sure que ses voisines."

Mouvement Réformateur (Olivier Mathieu) : "Plus notre société évolue, plus nous remarquons un nombre élevé d'incivilités, de vandalisme, de petit larcin, et de plus en plus d'incendies volontaires notamment de voitures et d'habitations. C’est pourquoi je préconise plus de caméras de surveillance, « plus de bleus dans les rues » c’est-à-dire plus de présences policières, plus d’agents de quartier et plus de gardiens de la paix !  Et surtout de ce que bon nombre de nos administrés se plaignent, ce sont les excès de vitesse dans les rues intra-muros, au mépris de la sécurité de tous et de nos enfants en particulier, très fragilisés par ces phénomènes et nous font penser qu'il y a une immunité pour certains ! Ceci-dit, force est de constater que les lois en la matière sont très laxistes, je souhaite plus de répressions contre ces pirates et terroristes de la route."

Colfontaine Plus (Lionel Pistone) : "D’après les chiffres de la police fédérale, le nombre de délits à Colfontaine est en hausse et il est même au-dessus de la moyenne provinciale. Ce problème n’est malheureusement pas neuf. Les indicateurs socio-économiques sont désastreux et l’oisiveté est propice aux petits délits. Pour faire revivre les villages, nous prônons l’ouverture de salles communautaires, le soutien au milieu associatif et la pérennisation du folklore local traditionnel (Pucelette, Tour de Wasmes, sabbat des Sorcières, etc.) ou plus récent (fête des voisins, fête de la musique, etc.) toujours dans le souci de créer ou maintenir les conditions d’un meilleur « vivre ensemble ». Aussi, nous souhaitons créer des groupes de voisins vigilants en désignant pour chaque quartier une personne de confiance volontaire qui gérerait en première ligne les petits conflits et veillerait à la bonne harmonie des quartiers."

Oxygène (Olivier Hermand) : "Consulter la population sur le sentiment d'insécurité, revoir le système d'agents pour une mise en place d'une procédure de contact plus rapide mais également nommer des « jeunes gardiens » de rues bénévoles. La sensibilisation est également importante. Il faut améliorer la communication entre la commune et la population, installer des caméras de surveillances supplémentaires, qu’elles soient fixes ou mobiles, entrevoir des subsides proposés par les différentes instances en la matière. Il faut encore éduquer par la sensibilisation des droits et devoirs de chacun, interpeller sur les conséquences sur le court et long terme d'acte de délit et, enfin, revoir et entretenir les signalisations de la voirie (déficit de sécurité routière relevé auprès des citoyens)."