Dans le cadre de notre série "Un jour, une commune", La DH dépose ses carnets à Hensies ce jeudi. Focus dans un premier temps sur un projet de nouveaux quartiers qui a fait couler beaucoup d'encre

Hensies, petite entité regroupant en plus de la localité éponyme les villages de Montrœul-sur-Haine, Thulin et Hainin, sous la coupe du PS et du jeune député-bourgmestre Eric Thiébaut.

En 2012, le PS du très populaire Eric Thiébaut avait placé la barre très haute avec 70% des suffrages. Faire aussi bien sera difficile mais garder la majorité absolue ne devrait pas poser trop de problèmes. Surtout que la liste du bourgmestre a accueilli la conseillère communale de l’opposition Cindy Beriot (UPT). De quoi faire sursauter Caroline Horgnies, qui mènera la liste d’opposition Osons Changer de front avec le MR qui a décidé de la rejoindre pour faire face à Eric Thiébaut. Enfin, une liste Agora (mouvement déjà existant à Boussu et Dour) a été lancée par Patricia Laurent. Seule engagée, cette dernière ne devrait toutefois pas changer la donne. Le scrutin du 14 octobre s’apparentera donc à un duel Thiébaut – Horgnies, qui s’annonce déjà plutôt déséquilibré.

Une mandature qui a connu une turbulence, le projet de nouveaux quartiers dans les marais aux Sartis. Le site étant situé à proximité des marais d'Harchies, le projet, pourtant accepté au départ, a reçu une volée de bois vert. Les llistes font le point sur ce projet.

Le projet « Nouveau quartier aux Sartis » prévoit l’aménagement de nouveaux logements aux abords des marais d’Harchies. Quel impact pour la réserve naturelle ?

- L'équipe du Bourgmestre (Eric Thiébaut) : "Le projet a été approuvé par le Gouvernement wallon. Il consiste en la création d’un quartier nouveau sur le site de l’ancien charbonnage des Sartis. Le terrain concerné couvre 28 ha en zone industrielle sur lequel il reste quelques bâtiments en ruine qui laissent une très mauvaise image. Il est accolé à notre réserve naturelle qui s’étend sur 500 ha entre Hensies et Bernissart. C’est une des plus belles réserves naturelles du pays. Le projet d’éco-quartier a été conçu en intégrant la proximité de la réserve et du canal. Cependant, les gestionnaires du site naturel craignent que la proximité d’un grand nombre de nouveaux logements soit néfaste pour les oiseaux qui vivent dans les étangs voisins. Tous les protagonistes de ce dossier sont d’accord sur la nécessité d’assainir et de rendre vie au site de l’ancien charbonnage des Sartis qui a accueilli des milliers de travailleurs jusqu’en 1976. Il a donc été convenu de revoir le projet initial en y associant tous les acteurs concernés."

- Osons Changer (Caroline Horgnies) : "La plupart des terrains constituant la réserve naturelle appartenaient à la Société des Charbonnages qui les lui a cédés. Cette zone marécageuse résulte de l’affaissement des sols liés à l’enlèvement du charbon en sous-sol. Au fil des décennies d’exploitation, une faune et une flore diverses s’y sont développées. Aujourd’hui, ce projet, PUREMENT PRIVE, vise à réaliser plus de 900 logements sur la zone industrielle proche des marais. Cette zone est hyper polluée par l’exploitation charbonnière qui s’y est déroulée durant de très nombreuses années et par son démantèlement. La question se pose de connaître qui aura la charge de dépolluer le site. Le propriétaire actuel ou bien la société des Charbonnages qui en est la cause en vertu du principe « pollueur-payeur » ? Dans une sous-région où il n’y a aucune pression démographique, que du contraire, quel serait le promoteur privé assez fou pour s’engager dans une aventure aussi utopique ? Nous ne craignons dès lors aucun impact sur la réserve naturelle car ce projet ne verra jamais le jour. Ce qu’il manque dans notre sous-région, ce sont des entreprises pourvoyeuses d’emploi. On ne construit pas un nouveau village de 2000 habitants dans un désert économique !"