Dans le cadre de notre série "Un jour, une commune", La DH dépose ses carnets à Jurbise ce lundi. Focus dans un premier temps sur les logements

Jurbise, la commune de l’ex-ministre fédérale Jacqueline Galant (MR), dont l’expérience a été écourtée en pleine législature. Décriée sur le plan fédéral, la bourgmestre sortante de Jurbise est on ne peut plus populaire sur ses terres. En 2012, loin devant tous les autres candidats, Jacqueline Galant (avec sa liste du bourgmestre) avait réalisé un superbe score, ne laissant un siège qu’à quatre conseillers PS.

Jurbise, petite entité paisible d’un peu plus de 10.000 habitants, avec l’un des plus hauts revenus moyens de la région, est aussi connue pour sa politique, souvent pointée du doigt, en matière de logement, notamment sociaux. Beaucoup estiment que s’installer à Jurbise ne se fait pas en deux coups de cuiller à pot.

Les logements sont onéreux à Jurbise, comment faciliter l'accès aux logements notamment aux plus jeunes?

- La Liste du Bourgmestre (Jacqueline Galant) : 

© D.R.

"Le CPAS de Jurbise dispose depuis toujours de maisons pour nos seniors. Le loyer et fixé selon leurs ressources. Depuis deux ans, nous avons deux logements passerelle qui permettent l’accès au logement aux jeunes couples ou familles monoparentales avec un système d’épargne logement. Le fruit de leur épargne est ensuite versée aux locataires afin qu’ils puissent ensuite bâtir ou acheter un logement sur l’entité. Il est important de faciliter l’accès au logement mais nous estimons que permettre l’accès à la propriété est essentiel. 95% des propriétaires occupent leur bien. Le reste des biens sont en location notamment pour la Communauté du Shape."

- Alternative Citoyenne (Joel Delhaye) : 

© D.R.

"Il est vrai qu’aujourd’hui les jeunes Jurbisiens sont souvent contraints de quitter l’entité alors qu’ils aimeraient y vivre et profiter, notamment, de la qualité des écoles primaires pour leurs enfants. Il n’y a, à Jurbise, pas de politique de logement menée par la commune. Plusieurs pistes sont explorées comme des primes à la réhabilitation de logements inoccupés, le remboursement d’une partie des centimes additionnels pour toute habitation nouvellement acquise par de jeunes couples. Il faut aussi établir une vraie collaboration avec Haute Senne Logement en étudiant un logement public adapté au profil de la commune. Notons aussi que les difficultés rencontrées par les jeunes le sont aussi par les aînés : développer quelques maisons intergénérationnelles rencontrerait le besoin de chacun."