En 2014, la commune était placée sous plan de gestion

En 2014, la commune de Quévy ne parvenait pas à boucler son budget 2015 à l'équilibre. La majorité proposait dès lors au conseil communal de placer la commune sous plan de gestion. Comme d'autres communes de la région, Quévy était placée sous la tutelle du Centre Régional d'Aide aux Communes (CRAC). Depuis, les finances s'assainissent mais restent un sujet sensible. Que proposent les partis pour redresser les finances communales ?

Parti Socialiste (Florence Lecompte) : « Nous dégageons un boni important en 2017. Nous avons même diminué certaines taxes et des économies sont prévues en matière d’énergie. La majorité PS maîtrise les équilibres financiers. »

Mouvement Réformateur plus (Muriel Cochez) : « MR+ entend soutenir 3 grands principes pour la gestion des finances locales et du budget afin de ne pas augmenter la pression fiscale, tout en améliorant la qualité et le nombre de services fournis aux citoyens : 1. Mieux dépenser, moins gaspiller. 2 : pas de nouveaux impôts et taxes et plus de soutien à l’activité économique. Et 3 : un budget à l’équilibre, transparent pour le citoyen. Donnons la priorité à une gestion efficace et performante des services communaux. Offrir aux citoyens de Quévy la plus grande transparence possible sur la gestion de la commune et la manière dont les impôts sont utilisés, c’est primordial. Le citoyen doit pouvoir choisir l’affectation d’un pourcentage de son impôt à une thématique particulière, notamment via la mise en place d’un système de participation sur la base d’initiatives citoyennes dans le cadre du financement de projets locaux. La mise en œuvre d’un Plan Communal de Développement Rural permettra de soutenir des projets à Quévy, avec subsidiation par la Région wallonne jusqu’à hauteur de 80%, même si la commune est sous tutelle financière. »

Ensemble Dès Demain (Louis Nicodème) : « En maintenant la rigueur budgétaire en dépensant de façon plus ciblée et en évitant les gaspillages. En appliquant une taxation raisonnable et équitable. En améliorant la technique d’obtention de subsides en dotant la commune d’outils de développement comme le PCDR. En recherchant des subsides ciblés (UREBA, SAR, voiries agricoles) et en évitant au maximum les investissements sur fonds propres sans subsides à la clé. »