Les partis souhaitent maintenir un maximum d'écoles sur l'entité

Avoir une école par village à Quévy, est-ce indispensable pour maintenir la population jeune et dynamique ? C'est la question qui a été posée aux chefs de file des différents partis.

Parti Socialiste (Florence Lecompte) : « Pour notre groupe, il faut une école par village. Une école, c'est la vie du village. Nous avons un enseignement de qualité et nous investissons chaque année dans nos bâtiments scolaires. »

Mouvement Réformateur + (Muriel Cochez) : « Outre le caractère essentiel lié à l’apprentissage, les écoles communales sont également un vecteur d’intégration sociale en participant à la vie collective de tout un quartier et tout un village. La présence d’une école dans chaque village permet donc de continuer à tisser du lien social entre ses habitants (enfants, parents, grands‑parents). De plus, elle permet de limiter le nombre et la longueur des déplacements. Les écoles des villages peuvent développer des projets citoyens à l’échelle de la commune et renforcer les échanges avec le tissu économique local pour éveiller l’enfant aux différents métiers exercés sur le territoire de l’entité. »

Ensemble Dès Demain (Louis Nicodème) : « Il faut maintenir un maximum d’implantations scolaires. Certains villages plus petits, comme Asquillies et Goegnies-Chaussée, n’ont plus d’école depuis longtemps. Dans le cadre du développement durable, il vaut mieux éviter les déplacements scolaires. Pour être cohérent, il faut également proposer des horaires de garderie en adéquation avec les horaires des parents travaillant à l’extérieur. »