Dans le cadre de notre série "Un jour, une commune", nous demandons aux différentes listes quelle serait la première mesure qu'ils appliqueraient. Découvrez les réponses des différentes listes quiévrainoises.

C'est effectivement la question que tout le monde attend ! Les programmes sont étoffés, parfois farfelus au point d'être jugés irréalisables par les adversaires politiques. Mais au final, quelle serait la première mesure, s'ils accédaient à la majorité? Ici également, les différentes listes partent chacune sur des perspectives diamétralement différentes, voire opposées.

Quelle est la première mesure que vous prendriez lors de la prochaine mandature communale ?

- Changer Quiévrain (Véronique Damée) : "C’est le genre de question par excellence qui divise plutôt que rassembler. Et c’est à l’opposé de ce notre équipe a voulu construire depuis six ans en ayant une vue d’ensemble des problèmes à résoudre. Donner une importance à une seule mesure alors que tant reste à faire serait réducteur. L’état général de la commune nécessitait, en 2012, que l’on travaille sur tous les fronts. Des solutions ont été apportées et ça personne ne peut l’ignorer. Il reste beaucoup à faire mais tout résoudre en six ans était impensable. Les Quiévrainois prendront connaissance de nos objectifs le moment venu, à tête reposée."

- PS (Jean-Pierre Landrain) : "Pour commencer, notre intention est tout d'abord de faire un audit financier et administratif. Avant d'envisager quoi que ce soit, la future majorité doit avoir une vue claire sur la situation financière, administrative et le fonctionnement des services. Nous constatons que les priorités des citoyens et les domaines où l'action communale doit être améliorée vont dans le même sens. La sécurité et la propreté sont les priorités pour les citoyens viennent ensuite la lutte contre la pauvreté et le renforcement de l'économie locale. Ce sera donc dans ces matières que nos premières actions se porteront. Tout d'abord une concertation relative à la dotation communale de la zone de police doit être mise en place avec les autres communes et une prise de contact avec le Chef de corps doit avoir lieu au plus vite. Mais aussi un état des lieux doit être fait avec le service travaux en matière de propreté publique afin d'améliorer les procédures et d'en mettre en place de nouvelles. Enfin, une rencontre avec les commerçants et producteurs locaux doit être organisée afin de récolter leur sentiment sur la situation locale. Les propriétaires de surfaces commerciales doivent également être consultés car ils font pleinement partie de notre économie locale."

- UPQ (Vincent Coulon) : "Rapidement après le 1er décembre, notre mouvement prendra une mesure double. En interne tout d'abord, nous solliciterons un audit. Non pas de critiques ou de méfiance. Mais un audit positif qui nous permettra pour les six ans de la mandature de voir objectivement ce qu'il sera possible de faire sans accroître la fiscalité communale. Mais aussi pour la diminuer progressivement d'une part et d'autre part pour rétablir en matière financière une indépendance communale. En externe, nous réunirons rapidement toutes les forces vives de la commune (associations sportives, culturelles et sociales, les milieux scolaires, les clergés les mouvements de jeunesse, la maison des jeunes, etc) pour les écouter sur leurs besoins et projets et, discuter avec elles du calendrier des priorités dans l'intérêt de l'ensemble de la population de l'entité. Écouter, dialoguer et prévoir seront donc nos premiers engagements !"

- Ecolo (Jean-Pierre Urbain) : "Nous modifierons et, au mieux, supprimerons la taxe "égouts". Elle est inéquitable et a été uniquement créée pour équilibrer le budget communal. Pour Ecolo, une taxe doit avoir du sens pour le citoyen et l’inciter à un comportement plus respectueux ou écologique. Cette taxe ne rencontre pas nos objectifs et est inéquitable entre les citoyens."