Mons

La réclamation de Salvatore Ligas a été jugée infondée

À l’issue des élections d’octobre dernier, 36 réclamations avaient été introduites en Wallonie, dont 18 en province de Hainaut. Dans la région Mons-Borinage, seul Salvatore Ligas (Ecolo-Vrai) avait effectué la démarche. Cette dernière a été jugée recevable mais non fondée par le gouverneur de province, Tommy Leclercq, compétent pour statuer.

« Je sais que 16 bulletins de vote ont disparu de l’un des bureaux. De prime abord, je ne suis pas intervenu, me disant que ce n’était pas vraiment grave. Mais j’ai ensuite reçu les statistiques de ces élections, avec le nombre de votants, de bulletins nuls, de voix de préférence, etc. Et en refaisant les calculs sur base de la clé imperiali, j’ai constaté qu’à trois voix près, un troisième siège pourrait être décroché par Ecolo-Vrai », expliquait-il il y a quelques jours.

Ce troisième siège, le conseiller communal le convoitait. Mais il lui passe sous le nez. Le gouverneur a expliqué n’avoir trouvé aucune preuve permettant de rencontrer la réclamation de Salvatore Ligas, le PV du bureau de dépouillement ne faisant à aucun moment mention de bulletins manquants. Aucun recomptage ne sera donc organisé, comme cela aurait pu être le cas si le doute avait subsisté. Le principal intéressé, déçu, a malgré tout confirmé son intention de siéger sous cette nouvelle mandature.

Rappelons que les élections communales ne peuvent être annulées que « pour cause d’irrégularité susceptible d’influencer la répartition des sièges entre les différentes listes. »