La mise sur la touche de Sud Radio au profit de la RTBF pour l'organisation du concert du Doudou le 11 juin prochain fait couler beaucoup d'encre. Après la réaction de Sud Radio qui s'estime dépossédée de sa création et celle de la Ville de Mons qui estime que le concept avait besoin d'un sérieux rafraichissement, c'est l'opposition Mons en Mieux qui en remet une couche, qualifiant de "confiscation" à l'égard de Sud Radio.

"Nicolas Martin et le collège ont décidé d’ouvrir le marché à la concurrence sans permettre à Sud Radio de répondre au marché public, ce qui a pour effet de la priver de toute possibilité d’être traitée équitablement et de faire valoir son expérience locale", fustige le groupe d'opposition dans un communiqué.

Et de pointer le coût de l'opération: "là où le concert ne coûtait rien aux citoyens hier, il coutera 60 000€ aux Montois directement avec en plus 40 000€ d’apport de la RTBF. Cette décision n’est pas innocente : les Montois doivent savoir que le Bourgmestre agit ici en fonction d’appréciations individuelles, les relations entre lui et la direction de Sud Radio n’étant plus au beau fixe", affirme le groupe. "Un bourgmestre ne peut pas engager 100 000 € d’argent public à cause d’états d’âme personnels."

Georges-Louis Bouchez, chef de file de Mons en Mieux, a également interpellé la RTBF afin de connaître la justification de concurrence d’acteurs économiques locaux de longue date. "Il n’y avait aucune raison valable de ne pas permettre à Sud Radio de répondre au marché d’attribution du concert. Nicolas Martin démontre encore une fois un petit esprit et une légèreté avec l’argent public. Après les toilettes en or, les guirlandes de noël à un million, les scan car deux fois plus chères qu’ailleurs, le bourgmestre prouve encore qu’il est ici mauvais gestionnaire de l’argent des Montois. Payez, payez, c’est votre argent, pas le sien", conclut-il.