La situation de la télévision locale Télé MB s'est invitée en commission du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ce mardi. Les députés Jacqueline Galant (MR) et Jori Dupont (PTB) ont interpellé la ministre Bénédicte Linard (Ecolo) pour tenter de comprendre les causes du conflit social interne et de connaître les perspectives pour la chaîne. Le conseil d’administration a en effet annoncé vendredi sa volonté de mettre fin à la collaboration avec le directeur général David Flament.

Mais la ministre n'a en réalité pas été avisée de la situation exacte. "J’ai appris qu’un arrêté de travail avait été mené le 13 novembre par une partie du personnel", débute la ministe en charge des médias. "Je n’ai toutefois pas été interpellée par les travailleurs ni saisi des revendications. Je n’ai pas non plus pris de contact avec la direction. J’ai appris vendredi que le Conseil d'administration avait choisi comme voie d’apaisement de se séparer de son directeur général. Je fais confiance aux équipes pour poursuivre le dialogue social entamé et revenir à plus de sérénité."

© BELGA

Une réponse qui a eu le don d'étonner Jacqueline Galant. "Si je comprends bien, chacun reste dans son coin et la situation sociale ne va pas évoluer même si le directeur n’est plus présent", répond la députée-bourgmestre de Jurbise. "Il ne s’agit pas d’un problème récent donc il faudra à un moment qu’un accompagnement soit mis en place. Sinon on se dirigera soit vers un non-fonctionnement de la chaîne, soit vers une disparition à cause de ce climat détestable."

Le SETca Mons-Borinage a de son côté rencontré le président du conseil d’administration. Dans l’attente de l’engagement d’un nouveau directeur général, c’est lui; entouré des membres du bureau, qui sera chargé d’assurer la gestion journalière de l’asbl. "Les équipes sont quelque peu déchirées, aujourd’hui. Il faut donc réinstaurer un esprit d’équipe et d’entreprise, insuffler une nouvelle dynamique, proposer de nouveaux projets à même de développer la chaine et de la rendre plus attractive", estime le syndicat.