Les derniers mois ont été marqués par des réunions virtuelles, mais c'est bien en chaire et en os que les militants Ecolo de Mons ont pu tenir leur assemblée générale mardi. L'occasion de désigner la coprésidence. Et pas de changement à la tête des Verts montois, Constance Lesplingart et Vincent Crépin ont été réélus pour deux ans.

Avec plus d'un an de crise sanitaire marqué par de nombreuses mesures de confinement dans le rétroviseur, le tandem formé en 2020 reste quelque peu sur sa faim. "J’arrive au terme de ce mandat de deux ans avec des sentiments mitigés. Heureuse d’avoir pu participer à la vie de la locale, d’avoir pu mettre en place, grâce à l’équipe et aux membres, des activités comme les petits fruits, le souper des élus, la St-Valentrain, la semaine de la mobilité́ et sa customisation de vélo... Je remercie les membres de m’avoir donné́ ma chance alors que j’étais nouvelle dans la locale", commente Constance Lespinglart. "D’un autre coté́, je reste sur ma faim. Vu les derniers mois, il y a encore plein d’évènements sur lesquels j’ai envie de bosser comme le Vert du Doudou par exemple."

Même sentiment partagé pour le coprésident. "Avec une expérience relativement brève à la coprésidence, j’ai un goût de trop peu. D’autant plus que la crise sanitaire ne nous a pas permis de développer autant de projets que nous le souhaitions. C’est donc la motivation première de ma candidature : poursuivre le travail entamé", indique Vincent Crépin.

Formé l'an dernier, le tandem Lespinglart-Crépin s'était fixé plusieurs objectifs majeurs d’ici la fin de son premier mandat en juin, avec entre autres le renforcement du lien entre les élus et les militants, le développement de la visibilité et de la communication de la locale Ecolo Mons et l’accueil des nouveaux membres. La glace entre les élus et les militants a sans doute été plus difficile à briser en période de confinement. Malgré tout, la locale a vu le nombre de ses militants augmenter. "C’est motivant et ça montre bien que les citoyens montois ont envie de s’investir dans la politique écologique et sociale de leur ville", souligne la nouvelle coprésidence. "Comme pour de nombreuses associations, le confinement que nous avons subi a freiné nos projets et nos activités. Nous sommes heureux de pouvoir reprendre nos activités."