Mons Les zones de police sont mobilisées. À la boraine, on tape sur le clou pour faire passer le message.

Depuis ce vendredi soir, la police fédérale et l’ensemble des zones de police locales sont mobilisées pour intensifier les contrôles routiers sur l’ensemble du territoire. L’opération menée dans le cadre du week-end sans alcool prendra fin lundi à 6 heures et reste malheureusement nécessaire. En 2017, 4 210 accidents avec tués ou blessés ont été causés par un conducteur sous influence de la boisson.

Au sein de la zone de police boraine, déjà proactive en matière de contrôles, on rêve de résultats négatifs. "On sait que cela n’arrivera pas. Mais un contrôle sans aucun PV pour alcoolémie, ce serait le plus parfait des contrôles", annonce Bertrand Caroy, responsable du service circulation. "Nous sommes toujours en pleine campagne BOB et il faut malheureusement encore rappeler que l’on ne reprend pas le volant après avoir bu ou consommé des produits stupéfiants."

Comme toujours, les 24 agents participant à l’action de ce week-end multiplient les points de contrôles. "Nous scrutons les réseaux sociaux et nous bougeons lorsque nous sommes signalés. Nous ne pouvons pas empêcher les internautes de faire passer le mot mais c’est dommage. Car bien au-delà de l’aspect verbalisation, nous tentons de sauver des vies en empêchant des conducteurs sous influence de se retrouver sur les routes."

Malheureusement, dans le Hainaut, ce genre de comportement reste monnaie courante, comme en témoignent une enquête réalisée par l’institut Vias : pas moins de 9 % des Hennuyers avouent conduire au moins une fois par mois sous influence de drogues. C’est le pourcentage le plus élevé de Belgique.

"La drogue prend de l’ampleur, nous le constatons sur nos contrôles. Pour enrayer le phénomène, nous ne pouvons que travailler de concert : il faut que toutes les zones de police y attachent de l’importance. Au niveau de la zone de police boraine, nous procédons aux tests de drogues depuis près de 13 ans. Certains médicaments doivent aussi retenir l’attention, car ils sont contre-indiqués avant de prendre la route ! Nous sommes heureux de voir que Vias tire la sonnette d’alarme." Malheureusement, le message maintes fois répété n’est pas encore compris de tous…

Une première nuit aux résultats interpellants

Ce samedi matin, après une première nuit marathon, Bertrand Caroy tirait le bilan. Au total, ce sont 297 véhicules qui ont été contrôlés. 16 automobilistes ont été contrôlés positifs à l'alcool, trois l'étaient à la drogue. Ce sont donc 19 conduites sous influence qui sont à déplorer, alors que ce week-end sans alcool a fait l'objet de nombreuses annonces Difficile de feindre la surprise... Une personne était également en défaut d'assurance. Pire, un conducteur a refusé de s'arrêter dans le dispositif mis en place par la zone boraine.

Une course poursuite a été engagée. Le conducteur a finalement percuté une autre voiture avant de tenter de prendre la fuite à pied. Il a pu être interpellé. Ce dernier était sous l'influence d'alcool et de drogues et est récidiviste en la matière. "Les contrôles ce ce vendredi sont interpellants puisque l'on tourne autour d'un conducteur sur 20 sous influence", regrette Bertrand Caroy. Les contrôles se poursuivent tout au long du week-end, en dehors de cette action spécifique, chaque jour sur le territoire.