"Souviens-toi, homme, que tu es poussière et que tu redeviendras poussière". Cette sentence du Livre de la Genèse s'applique littéralement à ceux qui optent pour l'incinération le moment venu. Encore faut-il savoir où faire disperser ses cendres.

Dans les cimetières montois, de nouvelles parcelles dédiées à cette dispersion font leur apparition. Il en existait déjà auparavant, mais la "verdurisation" des cimetières nécessitait quelques changements. En effet, les anciennes parcelles de dispersion de cendre se déclinent sous la forme de pelouses. Or, elles deviennent de plus en plus difficilement reconnaissables avec la démarche zéro-phyto et la végétalisation des allées. "Elles nécessitent également un travail d'entretien pouvant nuire au respect de nos défunts", ajoute la Ville de Mons. "C'est pourquoi, sous l’impulsion de l’échevin en charge des Espaces verts dont les espaces funéraires, Stéphane Bernard, elles seront remplacées par des parcelles minéralisées plus identifiables et plus respectueuses."

Concrètement, le service des Bâtiments de la Ville de Mons et les fossoyeurs ont travaillé de manière à ce que les cendres soient dispersées dans les paillettes de schiste qui sont posées sur un caillebotis. "Dès lors, les cendres percolent à travers les galets et le caillebotis pour rejoindre la terre en dessous et poursuivre ainsi le même processus qu’avec une pelouse classique", précise la Ville.

Une première parcelle de ce genre nouveau a déjà été aménagée au cimetière de Jemappes. À terme, l'ensemble des vingt cimetières du Grand Mons seront également équipés de ces parcelles minéralisées.