Ni Furayah Kayembe, ni Marie Al-Nima ne se sont imposées.

Nos candidates n’auront pas démérité. Mais ce samedi soir, ni Furayah Kayembe (Mons), ni Marie Al-Nima (Jurbise) ne sont parvenues à s’imposer pour décrocher une écharpe de dauphine ou le tant convoité titre de miss. Si notre jeune candidate montoise de 18 ans avait été éliminée dès le premier tour, Marie Al-Nima est parvenue à rester dans la compétition jusqu’à la fin.

Pas de quoi rougir donc, mais de quoi malgré tout ressentir une pointe de déception, même si la jeune femme, étudiante en droit à l’Université de Mons, avait clairement annoncé qu’elle ne s’attendait à rien afin de ne pas tomber de haut. Ce n’est pas encore cette année que notre représentante sera francophone. C’est en effet Céline Van Ouytsel, 23 ans et miss Anvers, qui a été sacrée.