La fin des cours a sonné plus tôt que d’habitude ce mardi pour certains élèves de l’athénée Marguerite Bervoets. Des parents ont en effet été invités à venir chercher leur progéniture après l’apparition de cas confirmés de coronavirus au sein de l’établissement.

Rien d’anormal jusque-là, ces derniers jours, plusieurs classes ont été confinées dans le pays et même dans la région de Mons-Borinage. Mais un parent d’élève déplore le manque de communication au sein de l’athénée. "C’est d’abord notre fille qui nous a appelés pour dire qu’il fallait venir la chercher ", explique ce papa montois. "J’ai alors contacté la direction de l’école qui m’a garanti qu’il n’y avait rien. Quinze minutes plus tard, je recevais un appel du PMS pour me dire qu’il y avait eu des cas confirmés de covid-19 dans la classe de ma fille et qu’il fallait venir la chercher. "

L’information circule visiblement mal. " Quand ma femme est arrivée à l’école, il y avait d’autres parents qui reprenaient leur enfant. Mais à l’accueil, on était étonné de leur présence, comme s’ils n’avaient rien à faire là ", poursuit le père. " Nous avons récupéré notre fille et nous sommes allés la faire tester. On verra les résultats. Ce sont des choses qui peuvent arriver, mais nous déplorons le manque de communication. Nous aurions préféré que l’on nous informe en toute transparence sur ce qui se passait et qu’on nous explique comment les choses étaient prises en mains plutôt que de donner l’impression qu’on cache les choses. Une classe serait concernée, mais comme certains élèves sont mélangés pour les cours à option, il faut voir comment ça va se passer. Nous n’en savons pas plus. "

Le PMS de Mons nous confirme que des cas ont été détectés à l’athénée Marguerite Bervoets, sans autre commentaire. À l’heure d’écrire ces lignes, nous n’avons pas pu joindre la direction de l’école malgré de multiples tentatives.

L’impact du covid-19 sur les enfants reste encore entouré de quelques mystères. Des études contradictoires se sont multipliées depuis l’apparition de cette maladie nouvelle. Certains éléments sont néanmoins acquis depuis que la pandémie a frappé à nos portes. Les enfants qui développent des complications graves sont très rares. Et le confinement a un impact négatif sur le moral de nos têtes blondes.

C’est dans ce contexte que la rentrée scolaire s’est effectuée en septembre avec quelques dispositions particulières comme un lavage de mains plus fréquent et le port du masque pour les adolescents. Le coronavirus s’est néanmoins invité dans plusieurs établissements. Ces derniers jours, les annonces de classes mises en isolement se multiplient. Pas de raz-de-marée épidémique, mais des cas signalés, ci et là.

Selon les protocoles mis en place au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles, deux cas dans une même classe conduisent au confinement des élèves concernés.

EDIT: Mardi, en fin d'après-midi, l'athénée a communiqué sur sa page Facebook qu'un cas de covid-19 avait été confirmé dans son établissement et informait les parents sur les procédures suivies.