Les élèves de l’école du Centre Hornu ont été relogés au lycée Stiévenart

BOUSSU Chose promise, chose due. Ce jeudi 6 décembre, les élèves de l’école du Centre Hornu qui n’ont pu être relogés sur les autres sites de leur établissement ont fait leur rentrée au lycée provincial, où Annie Taulet les a accueillis les bras grands ouverts tel saint Nicolas. Pour rappel, une pan- ne de chauffage rendant scabreuses les conditions d’hébergement dans leur école avaient forcé les parents à manifester auprès des têtes pensantes de l’administration communale.

La solution offerte par la Province de Hainaut n’enchanterait pourtant pas une frange de parents d’élèves. Malgré la création de cinq classes propres et chauffées pour les enfants inscrits dans les classes de 2e à 6e primaire, une poignée de parents a à nouveau manifesté, mercredi après-midi, sous prétexte que le lycée Stiévenart n’apportait pas suffisamment de garantie en terme de sécurité, malgré la séparation entre l’environnement des enfants et celui des adolescents. Mais malgré ces menaces, tous les enfants concernés étaient présents à 8 h 15, ce jeudi matin.

À la sortie des classes, en fin de journée, les parents ont reçu une missive signée par Jean-Claude Debiève, Michel Vachaudez et Nicolas Bastien, respectivement bourgmestre, échevin des Travaux et de l’Enseignement de Boussu. Dans celle-ci, les édiles politiques rappellent ce que nous écrivions dans notre édition de ce jeudi 5 décembre, à savoir que le problème sera réglé d’ici le 14 décembre. Une phrase interpelle : “Nous sommes conscients que, depuis le début, quelques trublions profitent de l’occasion et s’efforcent de compliquer la situation au lieu de nous aider”.

Une source proche de la commune décrypte ce passage : “Les parents qui manifestent depuis quelques jours sont influencés par la fille de Simone Frédérick, elle-même maman d’élève. Tout ceci n’a pour but que de déstabiliser le pouvoir communal, qui n’est en rien responsable de la situation”. Décidément, l’affaire Simone Frédérick, qui avait défrayé la chronique il y a quelques mois, n’est pas sur le point de se clore.



© La Dernière Heure 2012