Trois hommes et une femme ont été condamnés par la cour d'appel du Hainaut à des peines comprise entre 20 mois et 8 ans de prison pour avoir infligé un traitement inhumain et dégradant à leur père ou beau-père à Dampremy. La cour a réduit la peine infligée à l'un des fils mais a confirmé les peines de 6 et 8 ans de prison infligées aux autres prévenus.

En 2017, la victime, âgée de 63 ans, était allé vivre chez son fils aîné et sa belle-fille. Ceux-ci l'ont alors maltraité, le privant de ses médicaments et de nourriture. Le 22 août 2019, des voisins avaient alerté la police, qui avait retrouvé le sexagénaire complètement déshydraté. Selon la victime, c'était principalement sa belle-fille qui lui infligeait ces privations.

Condamnée en première instance à une peine de 8 ans de prison ferme, la belle-fille du sexagénaire a vu sa peine être confirmée en appel. Cette dernière est actuellement détenue sous bracelet électronique. La peine du fils aîné, qui travaillait comme chauffeur routier, a été réduite de 2 ans de prison ferme à une peine de 20 mois assortie d'un sursis simple pour une durée de cinq ans. Les peines de six ans prononcées à l'encontre du fils cadet de la victime et du frère de sa belle-fille ont, elles, été confirmées en appel. La cour a ordonné l'arrestation du second, condamné par défaut.

La cour a justifié sa décision en reprenant les arguments du tribunal, qui avait souligné dans son jugement "la négation totale de la dignité humaine dont les prévenus ont fait preuve", "la totale protection à laquelle ont droit les aînés, surtout dans leur milieu familial", ainsi que "la vulnérabilité de la victime et l'issue fatale qui aurait été probable sans l'intervention du voisinage".