La ducasse ne périra pas. Le mot d’ordre était lancé il y a quelques jours par les autorités communales montoises à l’approche du week-end de la Trinité, traditionnellement marqué par les festivités du Doudou. Cette année encore, la crise sanitaire en a eu raison. Seules un concert virtuel vendredi soir, une évocation de la descente de la châsse, ce samedi soir, et une évocation du combat dit Lumeçon ce dimanche ont été ou seront organisés à huis-clos.

À Mons donc, l’heure n’est pas à la fête… Quoi que. Les températures printanières, pour ne pas dire estivales, ont poussé les citoyens à sortir prendre l’air et à prendre d’assaut les terrasses du centre-ville. Une façon pour eux de malgré tout marquer le coup, d’autant plus que les drapeaux aux couleurs de la ville ou de Sainte-Waudru, sainte-patronne de Mons, décorent les balcons et fenêtres des établissements horeca.

© E.B.

Pour l’occasion, Nicolas Martin, bourgmestre, a même fait concevoir un drapeau orné des armoiries de la ville. "L’idée, c’est de mettre en valeur le côté historique et patrimonial de la ville", explique le maïeur, pour qui cette nouvelle annulation du Doudou était nécessaire mais non moins pénible. Une décision qui a par ailleurs été comprise par bon nombre de Montois. "On a eu le cœur gros quand ça a été annoncé, même si on s’y attendait", expliquait Cédric, attablé à la terrasse d’un café ce samedi après-midi.

"Je suis Montois d’origine et je fais le Doudou depuis des années. Je ne pouvais pas ne pas venir passer du temps en ville ce week-end. J’étais là vendredi soir, je suis là ce samedi et je serai encore présent ce dimanche… Je sais que je ne suis pas le seul à prévoir cela." Des propos qui se confirment au fil de nos échanges avec l’un ou l’autre client. "L’bon Dieu est Montois !", lâche spontanément Marie, 28 ans. "Cette météo radieuse, après des semaines de pluie et de grisaille, n’est pas un hasard !"

Pour la jeune femme aussi, il était important de marquer le coup. "C’est clairement le week-end que l’on attend toute l’année. Il n’y a pas de ducasse mais on avait tout de même envie de venir profiter d’un verre en terrasse, au soleil." Depuis ce vendredi soir, ces mêmes terrasses ne désemplissent pas et il faut prendre patience et ouvrir l’œil pour tenter d’obtenir une table. Malgré tout, le bilan policier est positif : vendredi soir, une seule interpellation pour ivresse sur la voie publique a été enregistrée. "Les Montois ont été exemplaires", confirmait samedi matin la zone de police Mons-Quévy, qui a mobilisé une centaine de policiers sur le terrain.

Ce dimanche, Saint-Georges n’affrontera pas son plus fidèle adversaire dans l’arène sous une foule en liesse. Mais à n’en pas douter, cette dernière sera plus déchainée que jamais l’an prochain.