Mons

Le système de géolocalisation des secouristes s'est montré efficace.

La Ducasse de Mons a battu son plein ce week-end. Les visiteurs ont afflué par milliers pour assister aux festivités avec comme point d'orgue, le combat opposant Saint-Georges au dragon. La Croix-Rouge était évidemment présente sur place comme chaque année. Elle procède en moyenne entre 250 et 300 interventions. Alors qu'elle officiera encore jusque mardi, la Croix-Rouge a déjà effectué 264 interventions.

"Rien que pour la corde au Lumeçon, il y avait environ 60 interventions", indique la porte-parole de la Croix-Rouge. "Ça allait des doigts retournés aux nez cassés en passant par les inévitables malaises liés à la compression."

Sur les 264 interventions effectuées, 22 cas étaient un peu plus sérieux et ont nécessité une évacuation vers un hôpital. Mais aucun accident dramatique à déplorer jusqu'ici pour la Croix-Rouge.

Pour rappel, cette année, le service de secours utilisait un système de géolocalisation. Des postes de soins aux secouristes en passant par les ambulances, tous étaient munis d'une puce et apparaissaient sur une carte de la ville soigneusement scrutée depuis le poste de coordination.

"Les retours des secouristes sont positifs", poursuit la porte-parole. "Tous ont apprécié l'utilité de ce système qui permet d'améliorer l'efficacité des interventions. Imaginez qu'un incident survienne à tel carrefour, le poste de coordination voit directement sur la carte quelle est l'unité la plus proche et peut l'envoyer directement sur place."

La géomatique, déjà testée une première fois, à moindre échelle, au carnaval de Binche, sera à nouveau d'application aux Ardentes ou au festival de Dour. "C'est une avancée importante qu'offre ainsi la Croix-Rouge aux organisateurs d'événements, puisque le mécanisme permet un suivi en temps réel du déroulement des interventions, une traçabilité des mouvements des équipes et des transferts de victimes", conclut la porte-parole de la Croix-Rouge.