Mons Le parquet général avait requis 28 ans de prison, alors que la défense avait plaidé l’acquittement. Le dossier ira devant la cour d’appel

La chambre criminelle du tribunal correctionnel de Mons a prononcé, lundi, une peine de 20 ans de prison contre Mohamed dit "Najim" H., prévenu du meurtre de Thierry Neveux (51 ans). Ce dernier avait été tué dans la nuit du 5 au 6 mars 2016 à Dour.

Sous surveillance électronique, le prévenu niait les faits depuis un an et demi. Le parquet général avait requis 28 ans de prison, alors que la défense avait plaidé l’acquittement. Le dossier ira devant la cour d’appel.

Le corps de Thierry Neveux, un psychologue dourois, avait été découvert en fin de matinée le 6 mars 2016 par un voisin, derrière un conteneur d’une usine de bonbons désaffectée. Les enquêteurs de la police judiciaire fédérale avaient rapidement écarté la thèse accidentelle. L’autopsie avait révélé que la victime était décédée à la suite de nombreux coups de poing et de pied.

Le corps de Thierry Neveux avait en effet été traîné dans la boue derrière un conteneur et était partiellement dénudé. Son téléphone portable avait disparu et il lui manquait quelques billets de 100 euros. En analysant les vidéos des caméras de surveillance, les enquêteurs avaient remarqué que la victime et le prévenu avaient emprunté le même chemin, pratiquement à la même heure et que personne d’autre n’était présent dans ces rues durant la nuit du meurtre.

Pour l’avocat général Demoulin, Najim est coupable de la mort violente de Thierry Neveux, compte tenu des images de vidéosurveillance qui ont permis de retracer les parcours du prévenu et de la victime, de la téléphonie "suspecte du prévenu" au moment du meurtre et de ses vêtements retrouvés dans une poubelle.

De son côté , Najim H. clamait son innocence. Son conseil, Me Frédéric Guttadauria, avait pointé un manque de preuves déterminantes et concordantes, comme l’absence d’analyse ADN confondante, afin de solliciter l’acquittement pur et simple de son client.