Mons est en liesse ce week-end. Après deux annulations successives provoquées par la crise covid, la Cité du Doudou a retrouvé son folklore. Si les sourires irradient les visages des badauds qui noircissent les rues du centre-ville, dans les cafés, on se frotte les mains. Et pour cause, dans l'horeca montois, la Ducasse peut représenter entre 20 et 50% du chiffre d'affaires.

C'est dire si les deux annulations successives avaient porté un coup dur au secteur. Et si ces retrouvailles redonnent le sourire. "C'est bien simple, on n'aurait pas pu faire avec une troisième année sans Doudou", nous confie ce cafetier du Marché aux Herbes. "Ça fait clairement du bien de retrouver notre Ducasse. D'autant plus que le public a répondu présent. Mercredi soir déjà, la place était noire de monde. Ce n'est pas toujours comme ça."

Clairement dans l'horeca, on remarque un effet post-covid. Privés de Doudou pendant deux ans, les Montois et leurs chambourlettes comptent bien rattraper le temps perdu cette année. "Ça fait plaisir, on voit que les gens sont heureux", souligne cette serveuse qui officie depuis longtemps pour la Ducasse. "On sent qu'il y avait une attente par rapport au Doudou. Il y a une bonne ambiance, parfois un peu trop même. Mais ça reste gérable, nous n'avons pas connu de gros problèmes. Et pour nos affaires, c'est clair que c'est mieux comme ça."