Trois grandes classes de maternelles et six autres de primaires, toutes pré-équipées pour accueillir des tableaux interactifs, un vaste réfectoire, une cuisine, une salle de gym, un bureau de direction, une salle de réunion, des panneaux photovoltaïques, du triple vitrage, un sol isolé… Le tout dans un bâtiment passif. Voilà la future école du Parc du Bois de Mons qui pointe le bout de son nez.

Le projet est dans les cartons de la Ville depuis quelque temps. Il vient de franchir une étape supplémentaire alors que les conditions de marché ont été approuvées par le conseil communal. Les travaux devraient commencer au deuxième semestre 2022. Le chantier est prévu pour une durée de deux ans. Si tout se passe bien, les élèves pourraient intégrer leur nouvelle école en 2024. Elle sera construite à la place de l'ancienne tour qui abritait des logements sociaux. "Durant les travaux, les élèves pourront continuer à suivre les cours normalement dans leur école actuelle", précise Catherine Houdart, échevine de l'Enseignement.

Mais il était temps de passer à autre chose. Cette école actuelle, elle a été construite en même temps que la cité-jardin, dans les années 50. "Elle comptait alors 22 élèves. Aujourd'hui, ils sont 136", poursuit Catherine Houdart. "Évidemment, l'infrastructure a quelque peu évolué avec le temps. On y a notamment ajouté trois préfabriqués. Mais il fallait une solution plus durable pour accueillir dans de bonnes conditions cette population scolaire croissante. C'est un projet de longue haleine sur lequel nous travaillons depuis quelque temps, en concertation avec la direction et les professeurs."

Le budget est estimé à 3,7 millions d'euros. La Fédération Wallonie-Bruxelles intervient à hauteur de 60%. Le reste est pris en charge par la Ville de Mons. "Ce projet permettra sans conteste d'insuffler une nouvelle dynamique scolaire, pour le plus grand bénéfice des élèves. Nos écoles à dimension humaine et familiale sont la colonne vertébrale de l'épanouissement de nos enfants, elles méritent donc des investissements sérieux, ambitieux et solides, garantissant à nos jeunes un environnement qui facilite leur apprentissage", conclut Nicolas Martin, bourgmestre de Mons.