Mons

Le Doudou inspire les artistes, comme ce designer montois et son Rocking Drag

MONS Source d’inspiration, tantôt lucrative tantôt ludique, le folklore montois se décline en une série de produits dérivés. La ville a son merchandising officiel, mais les déclinaisons officieuses ne sont pas en reste. Durant quelques jours, les échoppes montoises vont se mettre aux couleurs de la Ducasse et les amateurs de goodies en tout genre en auront pour leur compte.

Dans ce torrent de folklore marchand, quelques objets insolites sortent du lot comme ce dragon à bascule baptisé Rocking Drag. Il est l’œuvre d’un designer montois, Marco Bellini, animé par l’esprit de la Ducasse. “Un ami avait fabriqué un petit dragon pour sa fille il y a une dizaine d’années. J’ai pensé à reprendre l’idée, avec son autorisation, pour l’adapter à ma sauce .”

Le designer s’est alors échiné plusieurs mois sur divers prototypes. “J’ai fait pas mal d’essais. Avec la gueule fermée ou ouverte, plus petit, plus grand, etc. Il a aussi fallu faire des tests avec des enfants .”

Finalement, Marco Bellini a trouvé sa biète , un dragon de 21 kilos, mesurant 1,60 m. Sa queue est constituée d’un manche de pioche démontable pour faciliter le transport et arbore une belle touffe de crin en son bout. Comme le vrai !

Le designer a d’ailleurs poussé la ressemblance plus loin en peignant sa bête du même vert que celui utilisé pour le dragon du Lumeçon. “Tony, la personne qui s’occupe du dragon, est un ami. Il m’a conseillé pour reproduire un objet le plus fidèle possible, bien que j’ai aussi laissé parler mon inspiration ”, explique notre designer.

Marco Bellini avait donc son dragon. Depuis le mois de janvier, il travaille dur et a réussi à produire une trentaine de bêtes. C’est que l’homme réalise tout, tout seul. De la découpe aux opérations de finition en passant par le ponçage, les collages et autres vissages, le designer met plusieurs jours pour donner naissance à un dragon.

Nous sommes donc dans l’artisanat pur, ce qui explique sans doute le prix, 400 € pour la version naturelle, et 449 € pour celle peinte en vert. “Plus qu’un jouet pour les enfants, j’ai voulu créer un véritable objet de design, une décoration qui servira aussi pour les plus grands .”

Et visiblement , le Rocking Drag séduit, car la moitié de la production est déjà partie. Les amateurs pourront s’en procurer au numéro 12 de la rue de Houdeng. Les autres pourront sans doute acquérir un nouvel objet tout aussi insolite l’année prochaine. “Je ne compte pas m’arrêter là. J’adore ma ville et le Doudou est une véritable source d’inspiration .”



© La Dernière Heure 2013