Mons

Ce soir, tous poseront les armes avant le passage aux urnes demain.

Dernière ligne droite. Ce samedi soir, les candidats devront officiellement poser les armes avant le passage aux urnes. C’est l’occasion pour nous d’interroger les têtes de liste des principaux partis de l’arrondissement Mons-Borinage sur les impressions que leur a laissées cette campagne pour les régionales.

" Nous avons parcouru l’arrondissement à vélo et nous avons appris beaucoup de choses en allant sur le terrain, en rencontrant les citoyens et les petits commerçants. C’était plus intéressant que de distribuer des tracts sur les marchés ", confie Carlo Di Antonio pour le CDH.

Pour Jacqueline Galant, la campagne ne faisait pas une grande différence à ce niveau-là. " Je suis en permanence sur le terrain, ça ne me change pas beaucoup ", note la tête de liste MR. " Les gens étaient très accueillants, mais je ne les ai pas sentis très concernés par la campagne. Les élections communales étaient sans doute encore trop fraîches. C’est nous qui devions susciter la conversation sur les thèmes politiques. "

Et quels thèmes ? " Les personnes que nous avons rencontrées ont beaucoup souffert de décisions relatives au prix de l’électricité, aux soins de santé, à l’âge de départ à la retraite ", relève Joëlle Kapompole pour le PS. " J’ai senti un signal fort pour un monde plus solidaire et un changement de modèle politique. La participation citoyenne doit être renforcée. "

Sans oublier le climat… "C’était l’un des grands thèmes de cette campagne, et on le doit aux jeunes qui ont manifesté ", se réjouit John Beugnies. " Tous les partis ont dû se positionner sur le sujet. Cela prouve que mener la lutte sur le terrain a un impact sur l’agenda politique."

Un thème qui aura mis les verts en confiance, mais qui les aura aussi exposés. " La campagne a été marquée par des coups bas et des mensonges, principalement de la part du MR et du CDH. Ecolo était pour eux le parti à abattre ", estime Manu Disabato pour Ecolo. " Certains ont essayé de colporter ces attaques dans notre arrondissement. Mais, globalement, les gens connaissent nos candidats et notre programme, ils savent de quoi il en retourne vraiment. "

La campagne, c’est fini. Dimanche, les urnes rendront leur verdict. Reste à espérer que les négociations pour la composition des futurs gouvernements ne nous feront pas regretter la période des tracts et des mains serrées sur les marchés.