Le projet de Luminus a suscité quelques inquiétudes du côté de Saint-Symphorien, Spiennes et Harmignies. Le promoteur souhaite y ériger un parc éolien. Une première demande de permis a été introduite pour quatre mâts. Neuf autres pourraient suivre.

Mais le projet semble mal engagé. Le collège communal a en tout cas remis un avis négatif sur cette première demande de permis. "Trois raisons ont principalement motivé notre décision", explique Maxime Pourtois, échevin de l'Urbanisme. "L'étude d'incidence a tout d'abord relevé un impact non négligeable sur la faune et la flore du site. Il y a en outre un impact visuel important qui se produirait avec un effet d'encerclement. Ce qui poserait des problèmes pour les riverains, mais aussi pour le cimetière militaire de Saint-Symphorien qui doit disposer d'une zone de protection. Enfin, avec les parcs déjà existants à Quévy et Estinnes, les riverains seraient totalement encerclés d'éoliennes."

La décision du collège communal est bien accueillie par le conseiller CDH Yves André qui était monté au front pour dénoncer le projet de Luminus. "Je suis ravi que le collège ait entendu les riverains. C'est une preuve de bon sens", réagit le conseiller communal.

Reste à voir maintenant si la Région wallonne suivra l'avis des Montois. C'est une première victoire pour les riverains opposés au projet, mais la partie n'est pas finie. Une décision doit encore être rendue sur la demande de permis et elle ne doit pas nécessairement suivre l'avis du collège. Si la demande est rejetée, le promoteur peut toujours introduire un recours. Mais les opposants au projet peuvent en faire de même si la demande est acceptée.