Des factures d’énergie qui triplent ou quadruple, plongeant certains ménages dans l’incertitude et l’angoisse de ne pas pouvoir les honorer, c’est désormais une réalité. Une réalité à laquelle nos CPAS s’apprêtent eux aussi à faire face puisqu’ils s’attendent à ouvrir de nombreux nouveaux dossiers pour des aides financières ponctuelles. Les CPAS peuvent en effet être sollicités pour octroyer une aide aux ménages en difficulté de paiement de leurs factures énergétiques via le fonds gaz-électricité.

"Nous avons déjà communiqué sur le sujet et nous continuerons à le faire afin que les citoyens soient informés de cette possibilité", souligne Marie Meunier (PS), présidente du CPAS de Mons. "Jusqu’ici, nous n’avons que peu de retours mais nous nous attendons clairement à une explosion du nombre de demandes dans les prochains mois, lorsque les citoyens auront entre les mains leur facture."

Pour certains, le fait de devoir augmenter l’acompte mensuel est déjà une difficulté. "De notre côté, nous tentons d’anticiper les choses, nous sommes prêts à faire face à la situation d’un point de vue administratif. Ce que nous craignons en revanche, c’est que nos subventions annuelles soient bien insuffisantes au regard du nombre de demandes. Qu’en juin par exemple, notre enveloppe soit déjà épuisée et que nous ne puissions donc pas aider tout le monde."

Car le public aidé ne se limite pas aux bénéficiaires "habituels" du CPAS. Des familles monoparentales, des "travailleurs pauvres", des personnes pensionnées, en difficulté face au paiement de la facture d’énergie, sont susceptibles de se tourner vers ces structures. "On tentera d’aider tout le monde mais nous sommes conscients que les montants réclamés atteindront parfois plusieurs milliers d’euros… Ce qui limitera nos possibilités."

Les prochains mois s’annoncent donc compliqués, pour les citoyens comme pour les CPAS…