Elle estime qu'une remise en question sera nécessaire.

Avec 19.333 voix de préférence, Catherine Fonck s'impose pour le CDH et décroche l'unique siège hennuyer. La députée fédérale reprendra donc le chemin de la Chambre pour y défendre ses idées. Mais la Framerisoise reste lucide : son parti à perdu ces élections et une remise en question sera primordiale.

"Je suis ravie d'être à nouveau élue mais deux constats doivent être posés. D'abord, nous avons perdu ces élections, nos résultats ne sont pas bons même s'ils sont meilleurs que ce que les sondages avaient prédit. Une défaite reste une défaite, nous devrons travailler sur nous-mêmes, tirer les enseignements de ce scrutin.”

Le deuxième constat concerne les résultats au Nord comme au Sud du pays. “Cette montée des extrêmes droite et gauche est extrêmement inquiétante et interpellante. Ces partis ont fait campagne en désignant d'autres partis comme les grands ennemis, les responsables de tous les maux. Leurs solutions par rapport aux défis majeurs que l'on vit ne sont pas crédibles.”

Et d'ajouter : “Cette victoire des extrêmes est une défaite pour la démocratie. S'il s'agit principalement de votes de rejet et de rupture, ils n'en font pas moins froid dans le dos. Elle est la preuve que les électeurs ont eu davantage confiance en des promesses intenables et en des discours simplistes et racoleurs. ” Consolation pour la Framerisoise, les bons résultats des Verts, avec qui elle partage le banc de l'opposition au conseil communal de sa commune. "Il faut reconnaître leurs bons résultats et les féliciter."