Des élèves de 4e primaire espèrent recevoir un maximum de cartes postales depuis l’étranger

C’est un projet pour le moins original que vient de lancer Cécile Mariaule, institutrice d’une classe de quatrième année au sein de l’école Saint-Joseph de Frameries. Pour faire découvrir les différents pays du monde à ses jeunes élèves, cette dernière a décidé d’utiliser les réseaux sociaux et de solliciter l’aide des internautes.

Objectif, rassembler un maximum de cartes postales en provenance de l’étranger. "Je n’ai pas inventé le projet, il avait déjà été mis en place il y a quelques années par d’autres enseignants, mais je trouvais l’idée superbe et j’ai eu envie de la reprendre avec ma classe, explique la jeune enseignante. Je suis moi-même passionnée de voyages et je tente toujours d’en faire profiter mes élèves en leur ramenant un petit quelque chose pour planter le décor et faire part de mon récit."

D’où l’idée de faire un tour du monde sans quitter les bancs de l’école. "C’est une façon de les faire voyager et de découvrir d’autres paysages, d’autres cultures et parfois même d’autres écritures. C’est une ouverture vers le monde et une manière ludique et pédagogique d’apprendre à situer les pays sur une carte du monde." D’autant plus qu’au-delà de la géographie, les enfants renforcent l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

"Je ne souhaite pas qu’ils restent passifs. Ils vont lire des textes et se renseigner sur les pays d’où arrivent les cartes, préparer quelques exposés et répondre aux personnes qui ont accepté de jouer le jeu, même si certains ne laissent malheureusement pas leur adresse." En une semaine seulement, des cartes en provenance de France, de Suisse, du Grand-Duché de Luxembourg, mais aussi du Maryland (États-Unis) sont arrivées entre les mains des élèves.

Cécile Mariaule entend faire vivre son projet durant une année complète, soit jusqu’à la fin juin 2018. "Je récolte les cartes et tous les mois, nous partirons à la découverte de nouvelles contrées. Je suis persuadée que nous allons passer une très belle année !" Et si l’enthousiasme des enfants était au rendez-vous, il n’est pas pour autant question de réitérer l’expérience chaque année, au risque de perdre l’aspect original et surprenant du projet.

Où écrire ?

Aux élèves de 4e A de l’école Saint-Joseph, rue Sainte-Philomène, 6 à 7080 Frameries, en Belgique.