L'humoriste était particulièrement ému d'avoir été convié par le bourgmestre Nicolas Martin.

Cette année, Nicolas Martin (PS) surprenait tout le monde en mettant à l’honneur un Montois à l’occasion de sa première ducasse en tant que bourgmestre. Tout au long de ce dimanche, Thierry Van Cauberg alias François Pirette, dont le talent est reconnu au-delà de nos frontières, suivra le maïeur et vivra le combat dit Lumeçon de vraiment très près.

Pour ce dernier, la fierté n’est pas moindre ! « Mon papa et ma maman ont décidé de me faire naître à Mons. Dès que j’ai eu 14 ans – parce que mes parents ne voulaient pas que ce soit avant – je suis devenu un enfant de la ducasse ! Je n’en ai pas raté beaucoup les 42 années qui ont suivi mais cette année, c’est un privilège d’être là, à cette place, à hauteur d’homme, et de pouvoir vivre ça à l’intérieur du rond », expliquait-il quelques minutes avant de prendre la direction des ruelles montoises.

« Je sais que ce soir, je repartirai avec de nouveaux souvenirs. J’ai sans doute 40 années de souvenirs du ducasse mais cette année, ce sera sans doute le plus beau. Quand j’ai reçu l’invitation il y a une dizaine de jours seulement, j’étais très ému. J’ai eu la larme à l’œil, je ne m’y attendais pas. » Et si l’humoriste est le régional de l’étape, il ne cache pas son souhait d’en apprendre toujours plus sur le folklore de sa ville natale.

« On en apprend chaque année, c’est ce qui fait la richesse d’un folklore ! Il y a tellement de codes à apprendre chaque année. Chaque objet est placé, chaque rituel a sa place. On n’en apprend tous les jours, et c’est la raison pour laquelle je n’ai jamais accepté l’invitation de Télé MB d’aller commenter la ducasse. J’ai toujours considéré que je n’en savais pas suffisamment pour prendre le micro et délivrer une science que je n’ai pas à la population de Mons et du Borinage. »

Sincèrement ému et heureux, François Pirette devrait se souvenir à jamais de ce Doudou 2019.