Mons

La Ville doit obtenir l'autorisation du gouvernement wallon pour réaffecter ce subside à un autre projet.

La galerie du Centre a de plus en plus des allures de no man's land. Et ça n'ira pas en s'arrangeant. Subsiste encore une maigre poignée de commerçants au milieu de cellules vides. Certains préparent leur déménagement. "On y travaille. Ce sera fait d'ici un an maximum, car dans un an, la galerie sera fermée", glisse un vendeur.

D'autres restent dans l'expectative. "Nous n'avons aucune information de la Ville sur ce que va devenir la galerie. C'est une situation étrange, on attend que le couperet tombe d'un moment à l'autre", soupire la propriétaire d'une cellule.

Le couperet viendra certainement, tôt ou tard, du rapport des pompiers commandé par les autorités. La galerie n'est pas aux normes. Il faudrait notamment créer une troisième issue, ce qui nécessiterait des investissements. Mettre l'ensemble des 21 co-propriétaires d'accord pour dégager des fonds? Autant écrire une lettre au Père Noël. D'autant plus qu'ils sont seuls à bord. Le projet de rénovation complète de la galerie et son enveloppe de 9 millions de subsides européens ne sont plus à l'ordre du jour.

Il y a quelques années encore pourtant, la Ville de Mons avait fait valider le projet par le Fonds FEDER. L'avenir de l'artère commerçante s'annonçait rayonnant. Renouvellement du revêtement du sol, de la verrière, réhabilitation des façades… L'objectif était de créer "un lieu particulier de fun et smart shopping, offrant un cadre et une atmosphère différents des zones de shopping de la ville". Les autorités communales avaient même prévu dans l'enveloppe globale un montant de 1,3 million d'euros pour acheter six cellules dans le cadre de la maternité commerciale.

Mais ce projet avait été refusé par les co-propriétaires de la galerie. "À l'époque, on nous avait seulement parlé de refaire les façades", explique l'un deux. "Nous avons pris connaissance de la fiche FEDER récemment. Nous ne savions pas qu'un lifting complet était prévu. Est-ce que le projet est abandonné? Du côté de la Région wallonne, ça tient toujours. La Ville de Mons a jusqu'à la fin de l'année pour valider une nouvelle affectation du subside de 9 millions d'euros. Nous avons l'impression aussi que cette histoire de troisième sortie de secours est un prétexte pour fermer la galerie. Car il n'était pas du tout question de cela quand la Ville prévoyait de la rénover."

Les co-propriétaires pourraient trouver une échappatoire en obtenant une dérogation pour cette fameuse troisième sortie de secours. Mais une fois de plus, des problèmes de communication ou d'organisation entre les co-propriétaires et leur syndic semblent entraver les démarches nécessaires.

Du côté de la Ville de Mons, on regrette cette situation. "L'ensemble du projet FEDER avait été présenté aux propriétaires et ils l'ont refusé", indique la porte-parole de la Ville. "Nous nous sommes ensuite démenés pour trouver des investisseurs potentiels et sérieux, ils se sont à nouveau heurtés au refus des propriétaires. Nous ne voulons pas évidemment que la galerie devienne un chancre urbain, son état nous désole et nous cherchons des solutions."

Quant au subside européen qui doit être reconverti avant la fin de l'année, la Ville de Mons indique avoir introduit une demande d'autorisation au précédent gouvernement wallon. Sans réponse. Les démarches ont dont été relancées auprès du nouvel exécutif. La majorité ayant changé de couleur, les demandes montoises devraient rencontrer plus de succès. L'intention de la Ville de Mons est d'utiliser cette enveloppe pour la rénovation urbaine du quartier de la gare. Il en a aussi bien besoin.