Le collège communal demande des excuses publiques de la part du conseiller communal de Mons en Mieux.

La tension sera une nouvelle fois grande ce mardi soir autour de la table du conseil communal montois. En cause, "des propos intolérables et méprisants que le conseiller communal Emmanuel Tondreau (Mons en Mieux) a tenu à l’égard de l’échevin Maxime Pourtois (PS) lors de la commission préparatoire du Conseil communal qui s’est tenue vendredi", dénonce la Ville de Mons via sa porte-parole.

Le collège communal montois regrette "une attitude scandaleuse" de la part d'Emmanuel Tondreau. "Il est allé jusqu’à insulter l’échevin Maxime Pourtois de "gamin de merde". Le collège communal exige que M. Tondreau présente des excuses publiques pour ce comportement indigne d’un élu."

Selon le collège, Emmanuel Tondreau a directement fait preuve "d’un manque de coopération flagrante" en annonçant, lors de la commission de l’échevin, qu’il ne poserait aucune question en commission et ce, en dépit de la présence des agents pour y apporter des réponses précises. "Or, les commissions servent justement à aborder les aspects techniques des dossiers afin de garder l’essentiel du débat pour le Conseil communal et avancer plus efficacement. Les conseillers communaux qui y assistent sont d’ailleurs rémunérés à cette fin." 

"Tout au long de la séance, M. Tondreau ne s’est, par contre, pas privé de lancer des attaques inutiles et sans fondement, empreintes d’une extrême mauvaise foi. Il est même allé jusqu’à mépriser les interventions de ses collègues conseillers, ce qui n’est pas acceptable. En outre, lors d’une toute commission que l’échevin Pourtois a organisé, sans y être obligé, sur le projet de géothermie de l’IDEA, M. Tondreau a récidivé. Après une heure trente de discussion, alors que le conseiller s’enfonçait de plus en plus dans sa conduite odieuse, ne visant qu’à perturber la toute-commission, l'échevin Maxime Pourtois a décidé de lever la séance. Suite à cela, il s’est fait odieusement insulter de "gamin de merde" par M. Tondreau."

"J’ai estimé qu’il était préférable de lever la séance, devant si peu de considération de la part de M. Tondreau pour moi-même et toutes les personnes qui étaient présentes. Son attitude mettait dans l’embarras tous les membres présents. Je regrette que nous n’ayons pas pu mener les discussions sur ce dossier important. Tout comme le fait que cette attitude grossière soit récurrente et ce, depuis plusieurs années", réagit l’échevin socialiste Maxime Pourtois.