Mons

GLB appelle tout le monde à se rassembler derrière le RFB.

Développer les synergies entre les clubs sportifs de Mons-Borinage ? Après la sortie de Nicolas Martin et la réaction de Jacqueline Galant, c’est au tour de Georges-Louis Bouchez d’apporter son grain de sel.

Le leader de Mons en Mieux propose ainsi de relancer un club de foot d’envergure pour la région en misant sur les Francs Borains. "C’est le club qui pour le moment, est le plus en pointe sur le plan sportif. Il est également le mieux organisé avec la structure la plus forte et des finances saines", énumère Georges-Louis Bouchez. "Il faudrait que nous le fassions profiter de nos installations et que nous rassemblions toutes les forces vives et tous les acteurs économiques autour de ce projet commun."

Pour le libéral, une union sacrée est nécessaire. "Notre région ne peut pas se payer le luxe de la déperdition", poursuit le conseiller d’opposition. "Depuis des années, les politiques distribuent des subsides à un club puis à un autre, sans développer une véritable vision globale. Aujourd’hui, on parle de rapprochement sans dire quoi ni comment. Il faut un projet clair."

Tout miser sur les Francs Borains, et abandonner les autres ? "Non, l’idée serait que d’autres clubs viennent se greffer au projet, mais que les Francs Borains soient le moteur. On garderait leur matricule qui, pour l'anecdote, est l'ancien matricule de Seraing (Le RFB a en fait vendu son matricule à Seraing et racheté celui d'Heppignies, NDLR). N’oublions pas que des fusions peuvent être la base de clubs très forts. Je prends Genk pour exemple. Après la fusion de trois clubs, ils sont à la tête du championnat et pratiquent l’un des plus beaux footballs de Belgique."

Enfin, pour Georges-Louis Bouchez, le projet dépasse le cadre purement sportif. "Un club pro contribue à créer l’identité d’une région. On le voit à Charleroi où le Sporting est devenu un étendard et joue les ambassadeurs carolos partout en Belgique. Le foot est d’ailleurs un meilleur ambassadeur que la culture. Il draine beaucoup plus d’adhésion que n’importe quelle expo. Enfin, je vois ce projet comme un outil économique. Le club de foot doit être un lieu de rassemblement pour les entreprises de la région."

Une motion sur ce projet sera déposée au prochain conseil communal.

Un nouveau stade aux Grands Prés

Le projet que souhaite voir développer GLB passera par la construction d’un nouveau stade. 

"À l’époque, on a mis les problèmes sur le dos de Leone. Mais aujourd’hui, on a un RAQM en difficulté financière qui doit gérer ce paquebot qu’est le stade Tondreau", relève le libéral. "Je pense qu’il faudrait construire un nouveau stade aux Grands Prés ou bien à Geothermia. En tout cas, à un endroit où il y a des capacités d’expansion. Il nous faut un stade avec des boutiques et des bureaux, comme à Saint-Trond ou à Gand, c’est-à-dire un stade qui peut tourner 7 jours sur 7. À l’avenue du Tir, dont une partie est devenue un chancre, le stade tombe en ruines. Les deux belles tribunes ont une vingtaine d’années et commencent à s’abîmer lourdement. Des châssis tombent. Le parquet se défonce. Pour moi, il faut vraiment un projet global qui intégrera également les installations."

G.La