Mons en Mieux s'interroge sur la méthode qui sera utilisée. IDEA répond.

Il n’est pas encore créé qu’il fait déjà polémique. Un comité de suivi doit être mis en place pour faciliter les démarches du projet de double puits géothermique dans le Parc des Ursulines. Le projet s’étant heurté à de vives protestations de riverains, en raison des nuisances qu’il pourrait occasionner dans un endroit densément peuplé, l’IDEA a lancé cette idée.

"Le comité de suivi vise à favoriser davantage les échanges constructifs entre les diverses parties concernées, tant lors des phases de mise en œuvre du projet qu’ensuite lors de l’exploitation du site", précise l’intercommunale dans un communiqué. Ce comité sera constitué de 5 représentants effectifs et 5 suppléants de la population, 4 représentants des institutions voisines à savoir l’hôpital et des écoles, 2 représentants de la Ville de Mons, 2 représentants de l’IDEA et 1 représentant de l’UMons. Un appel à candidatures a été envoyé à 4000 ménages de riverains concernés. Les formulaires doivent être rentrés pour le 10 décembre.

Du côté du collectif du Parc des Ursulines, opposé au forage des puits à cet endroit-là, la démarche de l’IDEA est déjà contestée. L’engouement n’est guère plus débordant dans les rangs de Mons en Mieux où l’on se pose de nombreuses questions sur la méthode choisie pour constituer ce comité de suivi. "La Ville de Mons et l’IDEA se sont mis d’accord pour inclure deux représentants de la Ville. La clé d’Hondt fait qu’il s’agira de deux élus socialistes. Si une troisième place avait été ouverte, Mons en Mieux aurait pu avoir une représentation", commente Hervé Jacquemin.

S’il ne peut rentrer par la grande porte, le conseiller de Mons en Mieux tentera de passer par la fenêtre. Sans savoir si cette tentative sera couronnée de succès. "Notre groupe politique ne pourra pas avoir de représentation, mais j’habite à 200 mètres du parc, et j’ai donc introduit ma candidature en tant que riverain", poursuit Hervé Jacquemin. "Reste à voir comment les 5 représentants effectifs et les 5 suppléants vont être sélectionnés alors que l’appel a été lancé à 4000 ménages. J’ai rentré une candidature motivée, j’attends de voir comment cela sera justifié si elle est refusée. Si ce n’est pas justifié, ce sera encore pire."

Pas d’entourloupe, selon IDEA. "La composition sera assez similaire à ce qui se fait ailleurs dans les comités d’accompagnement", indique la porte-parole de l’intercommunale. "Les deux représentants de la Ville ne doivent pas nécessairement être des mandataires. Le collège décidera. Je pense qu’il est d’ailleurs prévu d’avoir un technicien de l’administration. La sélection des citoyens suivra quant à elle une procédure bien définie. Le Service Environnement de la Ville procédera à une première sélection, notamment pour vérifier que les candidatures sont bien portées par des personnes concernées par le projet. Ensuite, les citoyens candidats seront invités eux-mêmes à désigner les 5 représentants et les 5 suppléants. En cas de non-accord seulement, le collège communal tranchera sur base de critères de représentativité sociologiques et géographiques."