Mons

Un SMS reçu durant l'audience a semé le trouble.

Le ministère public a requis mardi devant la cour d'appel du Hainaut une peine de onze ans de prison à l'encontre de D.M., condamné en première instance à une peine de neuf ans pour une tentative de vol avec violence au sein de l'entreprise Bouvé à Ghlin. Une peine de six ans a en outre été requise contre D.D., soupçonné d'avoir commandité le vol. Ce dernier avait été acquitté en première instance mais un SMS envoyé par son frère à l'avocat des parties civiles durant l'audience a semé le trouble. L'affaire a été mise en continuation pour auditionner le frère.

Coup de théâtre durant l'audience de mardi, Me D'Agristina a informé la cour qu'elle avait reçu un SMS du frère de D.D., lequel avait des choses intéressantes à dire au sujet de son frère qui conteste avoir commandité les faits survenus le 20 juin 2017. L'avocate a souhaité déposer la copie du message à la cour, laquelle a ordonné l'audition de ce témoin avec l'accord de toutes les parties.

Juste avant, le ministère public avait requis une peine de 11 ans de prison contre D.M., le braqueur qui, bien qu'il n'ait jamais travaillé au sein de l'entreprise, savait où se rendre pour trouver "entre 26.000 et 30.000 euros" en liquide, correspondant à la paye des ouvriers. Il s'est rendu directement dans le bureau d'une employée qu'il a braquée avec une arme. Le compagnon de l'employée, qui travaillait aussi dans l'entreprise, est intervenu. Il a été touché par quatre balles et grièvement blessé.

Selon le ministère public, et l'avocate des parties civiles, c'est D.D., consultant sous-traitant au sein de la société qui a informé D.M.. Lors de l'enquête, D.M. a déclaré que D.D. lui avait donné toutes les informations, ce que ce dernier conteste.

La cour a mis le dossier en continuation à l'audience du 5 février à 14h00.