Mons Une centaine de "gilets jaunes" ont déambulé dans les rues de Mons ce samedi après-midi.

Ils étaient une centaine de "gilets jaunes" à s'être donnés rendez-vous sur le coup de 14h30 au pied de la collégiale Sainte-Waudru. Le cortège a alors pris la direction du centre-ville. Durant près de trois heures, les "gilets jaunes" ont bravé la pluie et les pavés montois pour mener à bien leur action de visibilité. 

Le mouvement était à ce moment-là tout à fait pacifiste hormis les multiples jets de pétards. Dont un dans la boîte aux lettres de la maison du président du PS Elio Di Rupo. Un inconscient, appelons-le ainsi, a introduit l'objet pyrotechnique à travers la fente de la porte de l'immeuble. S'en est suivi une grosse détonation qui a probablement causé des dommages à l'intérieur de l'habitation. 

© SH

Le cortège a ensuite repris sa route de manière assez désorganisée et sans avoir établi un vrai parcours préalablement. La police n'avait d'ailleurs reçu aucune demande d'autorisation de manifester. Certains membres du groupe, semble-t-il plus agressifs que les autres, ont alors annoncé leur volonté d'aller jusqu'à l'affrontement avec les forces de l'ordre.

C'est ce qui s'est passé une fois la nuit tombée, peu après 18 heures. Une frange des "gilets jaunes" a d'abord choisi de se désunir puis une trentaine de personnes sont montées sur le ring pour bloquer la circulation. La police a inévitablement dû intervenir avec le camion autopompe et l'appui de la police fédérale. Finalement, ce ne sont pas moins de 38 personnes qui ont été arrêtées administrativement.

Notons que la plupart des "gilets jaunes" présents n'ont absolument pas cautionné l'agissement de certains de leur groupe. Ils regrettaient également que ces personnes égratignent l'image du mouvement.