Durant toute la semaine, le festival organise des ateliers avec les enfants.

Le Festival de Mons, c'est une véritable ode au septième art. On y projette quantité de films. Certains pour la compétition, d'autres pour le plaisir. Des conférences sont animées par des passionnés, des rencontres sont organisées avec des gens du métier. Pendant une semaine, Mons vit cinéma.

Et ça commence tôt pour certains. Parmi les nombreuses activités que le festival propose, il y a en effet des ateliers d'initiation cinématographique. Des élèves de l'école communale de Saint-Symphorien sont ainsi passés entre les mains de Kevin Stel, réalisateur, pour découvrir les bases du métier.

"Nous avions reçu cette proposition d'atelier qui collait parfaitement avec un projet que nous développons toute l'année", explique Thomas Dendauw. "Avec notre stagiaire, nous avons en effet prévu de réaliser un petit film à partir d'un conte de Grimm, les Sept corbeaux."

Un conte revisité. Réunis au Palais des Congrès, les cinéastes en herbe débordent d'imagination. Ils ont prévu de tourner une scène où l'héroïne se fait attaquer par des zombies. La malheureuse trouve un os qu'elle utilise comme couteau pour se défendre. "Vous avez l'os ?", demande le professeur du jour. Aïe ! Première confrontation avec la dure réalité du métier, l'accessoiriste n'avait pas prévu le coup. Et petite leçon de cinéma en prime. "Quand vous écrivez votre scénario, vous devez tout visualiser pour anticiper", enseigne Kevin Stel.

Un carton d'emballage est récupéré. Bien découpé, ça fera l'affaire. Et voilà les bambins partis en tournage. "C'est un beau projet et c'est génial que le festival nous offre la possibilité de participer à cet atelier", commente Nawel Zineddine, stagiaire à l'école communale de Saint-Symphorien. "A travers le cinéma, nous pouvons aborder toute une série de matières en lien avec l'école, de l'expression écrite à l'expression orale en passant par les maths ou les sciences."

Notons que ce n'est pas la seule activité pédagogique que propose le Festival de Mons durant cette semaine. Des élèves de l'athénée royal Marguerite Bervoets sont ainsi chargés de réaliser le "making of" de l'événement avec le service audiovisuel de la Province du Hainaut. D'autres de l'école Jean D'Avesnes animent quotidiennement une émission radio durant laquelle ils interviewent des invités du festival et parlent des films qu'ils ont vus. Les étudiants de l'école supérieure des arts, Arts2, sont par ailleurs en immersion dans le festival durant toute la semaine pour vivre une expérience enrichissante. Enfin, le centre de formation IFAPME de Mons est aussi associé à l'événement pour la réalisation de travaux vidéo.