Le climat social est tendu au centre logistique de H&M à Ghlin, où les travailleurs mènent depuis plusieurs jours des actions pour dénoncer la politique salariale de la direction locale. La grogne est partie d’une réunion au cour de laquelle les membres du conseil d’entreprise ont appris que de grosses dépenses avaient été consenties en divers avantages pour quelques membres de l’entreprise. Notamment : plus d’un million d’euros d’indemnités de départ versées à un cadre de l’entreprise à deux ans de la retraite, des augmentations salariales ne concernant que quelques membres, les voitures de société et cartes essence ont augmenté…

Au même moment, la direction rejetait le cahier de revendications 2021 déposé par les organisations syndicales, pour des raisons d’équilibre financier, et amputait les journées de chômage Covid de la prime de fin d’année. Résultat : "les employés qui ont été mis en chomâge Covid-19 ont perdu environ 700 € sur leur prime", dénonce le SETCa Mons-Borinage.

"Aujourd’hui, les travailleurs sont choqués par ces montants mais également révoltés à l’encontre de leur direction quant à sa manière de traiter son personnel", poursuit le SETCa, qui déplore que la seule réaction aux actions menées depuis une semaine dans l’entreprise soit "une lettre d’intimidation envoyée à tout le personnel et aux organisations syndicales."

Au-delà de ce problème, le SETCa se dit également inquiet quant à l’avenir du site de Ghlin et à sa gestion. "Il est plus que fréquent (tous les deux ans) que la direction générale soit remerciée par la maison "mère". Il est impossible de construire une base de relation saine avec une direction générale qui est elle-même en situation précaire."

La direction générale suédoise devrait justement se rendre sur le site de Ghlin pour une réunion de travail. Le SETCa entend bien les accueillir avec des piquets de grève devant les grilles du dépôt de Ghlin.