Mons

Il avait aussi promis au juge d'instruction "de le défoncer" dès sa sortie de prison. Pour cet outrage, il a pris un an de prison.

La quatrième chambre de la cour d'appel du Hainaut a confirmé, mercredi, une peine de six ans de prison ferme infligée par le tribunal correctionnel de Mons à un pervers sexuel en novembre dernier. La mise à disposition du Tribunal d'application des peines (TAP) pour une durée de dix ans et une peine d'un an pour outrages à magistrat ont également été confirmées. La cour a cependant diminué de 2.500 euros le dommage d'une partie civile qui s'élève donc à 12.500 euros.

H.M. (32 ans), détenu, avait entretenu des relations sexuelles avec cette gamine âgée de 12 ans à l'époque. Celle-ci avait déposé une plainte pour viol. Le prévenu avait été reconnu coupable d'attentats à la pudeur sur ses propres enfants. "Par son comportement destructeur, il a compromis l'avenir de ses enfants. Cet homme est un psychopathe, un menteur, un manipulateur, un violent et un délinquant sexuel", avait commenté l'avocat général.

Il s'était aussi masturbé devant des femmes rencontrées au hasard. Il prétendait que l'alcool et la drogue lui donnaient des pulsions et qu'il avait besoin d'au moins une relation sexuelle par jour, au point de faire l'amour à sa compagne alors qu'elle était mourante sur son lit d'hôpital.

Pour la cour, le sursis probatoire plaidé par la défense n'est pas indiqué en raison des nombreux antécédents judiciaires du prévenu qui avait promis au juge d'instruction "de le défoncer" dès sa sortie de prison