Le projet initial d'éco-quartier devra être totalement revu.

Un éco-quartier avec 1.000 logements sur le site de l’ancien charbonnage du Sartis : 200 maisons unifamiliales, 25 logements bi-familiaux, 700 appartements, une résidence-services de 50 logements. Mais aussi une maison médicale, une école maternelle, une crèche, des commerces et des services de proximité… Ce beau projet ne sera rien de plus qu’un projet et ne passera jamais au stade de la réalisation.

Il y a quelques jours, le bourgmestre d’Hensies Eric Thiébaut (PS) a rencontré le propriétaire des lieux et le gestionnaire Natagora des marais d’Harchis. « Nous avons décidé de repartir d’une page blanche », annonce Eric Thiébaut. « Nous allons reconstruire un projet en concertation avec Natagora, de manière à ce que tout le monde soit sur la même longueur d’onde et que cela corresponde à leurs attentes. »

L’an dernier, l’asbl Natagora avait effectivement tapé du poing sur la table pour protester contre ce projet faramineux. « La zone des marais accueille des espèces rares et elle a besoin aussi d'un haut niveau d'eau. Or, le projet des Sartis va avoir des implications à ce sujet. Le sol est pollué et les oiseaux seront dérangés par le bruit lié aux logements et à l'arrivée de nouveaux habitants. »

Un nouveau projet devra donc être conçu. Mais sous quelle forme ? Un éco-quartier ou un tout autre type d’exploitation ? « Rien n’est encore défini. Nous avons juste décidé de repartir en concertation étroite avec eux. La Région wallonne a par exemple constaté qu’il existait une grosse demande pour la création de marinas. Beaucoup de bateaux de plaisance ont des difficultés pour se mettre à quai. Pour le reste, il faudra discuter et voir quelle partie du terrain intéresse Natagora et comment il est possible de créer une synergie. »

Dans tous les cas, la commune d’Hensies et Natagora sont d’accord d’affirmer que cette friche industrielle à l’abandon depuis 40 ans doit être prise en main. « C’est une nécessité d’agir.» Les premières réunions de travail se tiendront en novembre ou en décembre.