Après avoir trop souvent sonné l'alarme, le policier avait perdu la vie sur cette route très dangereuse.

Ils étaient une cinquantaine, proches ou cyclistes concernés, à s'être rendus mercredi matin sur la route industrielle à Obourg pour rendre hommage à Pierre Darquenne. Il y a tout juste un an, le malheureux cycliste y perdait la vie, renversé par une voiture.

Cette route, Pierre Darquenne la connaissait trop bien. Cycliste chevronné membre du Gracq, mais aussi commissaire à La Louvière, le Montois passait tous les jours par là, été comme hiver, pour se rendre à son travail. "Il n'avait pas d'autres choix que de passer par ce tronçon de la route industrielle, même s'il savait que c'était dangereux", confie un ancien collègue. "Qu'il allait y laisser sa peau, il ne l'a pas dit une fois, mais des centaines de fois."

Avec Gracq, Pierre Darquenne avait interpellé les autorités à plusieurs reprises les autorités sur la dangerosité des lieux. En vain. Jusqu'à ce jour maudit du 3 juillet 2018 où le Montois a été renversé par une voiture alors qu'il se rendait à son travail, comme tous les matins. "La vie d'un homme ne vaut pas cher pour nos dirigeants", déplore Natacha, la veuve de Pierre Darquenne, sur les lieux du drame où aucun aménagement sécuritaire n'a encore été réalisé. "Le vélo n'est pas dangereux, ce sont les infrastructures qui ne sont pas adaptées, car tout est pensé pour la voiture."

Le Gracq avait organisé cet hommage à leur membre disparu pour saluer la mémoire de Pierre Darquenne, mais aussi pour faire avancer les choses. "Nous ne pouvons pas nous contenter de paroles et de belles promesses. Les accidents de la route ne sont pas des fatalités dont il faut s'accommoder", souligne Ludovic Toussaint, membre du Gracq.

Des cyclistes avaient répondu à l'invitation de l'association, concernés par les problèmes de sécurité à Mons. "La sécurité, c'est clairement le plus gros problème aujourd'hui et elle dissuade de la pratique du vélo", explique ce cycliste montois. "Il n'y a toujours eu aucun aménagement pour sécuriser cette route, c'est tout simplement scandaleux. J'espère qu'il ne faudra pas rendre hommage à une nouvelle victime avant de voir cette route sécurisée pour les cyclistes et les piétons."