Comme beaucoup d'entreprises, l'intercommunale Hygea en charge de la propreté publique dans le Cœur du Hainaut doit composer avec la crise sanitaire et un taux d'absentéisme plus important que la moyenne, ce qui n'est pas sans conséquence sur la collecte des déchets en porte-à-porte. Ainsi, quasi quotidiennement, des déchets n'ont pas pu être récoltés comme prévu dans les rues des communes membres de l'intercommunale.

"Ce taux est essentiellement lié aux mesures sanitaires, explique Belinda Demattia, chargée de communication d'Hygea. Quand il y a une suspicion de cas Covid-19, la personne doit être mise en quarantaine et ne peut pas travailler sur la tournée le temps que les résultats soient connus. Par ailleurs, quand il y a un de nos collecteurs testé positif, tout son équipage est mis en quarantaine puisqu'ils partagent le même camion et ont des contacts assez rapprochés. Et comme le travail est quotidien, ça a un impact. S'il nous manque des chauffeurs, on ne peut pas faire partir des camions le jour prévu."

Mais l'impact reste limité. "On a réussi à faire toutes les collectes, mais certaines doivent être reportées au lendemain. Chaque jour, nous équipes font le bilan quand tous les équipages sont rentrés, vers 13h-14h, sur ce qui a été fait ou non et ce qui peut être reporté avec le personnel disponibles. Parfois dès le matin nous sommes en mesure de dire ce qui ne sera pas collecté."

Pour savoir si votre rue est concernée par un report, "il faut regarder notre site internet ou notre page Facebook, où on communique le bilan tous les jours vers 14 ou 15h, si des collectes n'ont pas été faites et quand elles seront reportées, généralement le lendemain. S'ils ne trouvent pas d'information, notre call-center est disponible au 0811 799. Il y a également l'adresse e-mail info@hygea.be." La consigne en cas de non-ramassage étant de laisser ses poubelles sur le trottoir encore 24 h, sauf indication contraire.

Si le Covid n'est pas la seule cause d'absentéisme, "on voit clairement qu'il y a un impact." Précisons que ce sont surtout les mesures de quarantaine qui causent cette situation. "Nous avons quelques malades, comme dans toute entreprise, mais ce n'est pas une épidémie parmi notre personnel."