La piscine de Cuesmes va prochainement s'offrir une cure de jouvence. À partir de la mi-novembre en effet, d'importants travaux de rénovation y seront menés dans le cadre du Plan Piscine 2020 de la Région wallonne. Le chantier permettra notamment de réduire la consommation énergétique et l'utilisation de chlore, d'améliorer l'accessibilité aux PMR ou encore d'intégrer un système anti-noyade.

Le chantier est de taille et devrait s'étaler sur 18 mois. Ce qui veut dire que durant cette période, à Mons, il n'y aura plus que la piscine du Lago. Et ça inquiète le conseiller du PTB, John Beugnies. "La moyenne de la Région wallonne qui est bien loin d’être une bonne élève si on compare avec la Flandre ou nos voisins hollandais, allemands ou français, est quand même d’une piscine pour 33.000 habitants. À Mons, nous allons nous retrouver avec une piscine pour 95.000 habitants", relève le conseiller communal d'opposition. "De plus, les baigneurs de Cuesmes qui vont devoir se rabattre sur le Lago de Mons seront confrontés à un prix d'entrée deux fois plus élevé."

Autre problème soulevé par l'élu du PTB: les cours de natation. "Bon nombre d’écoles de l’enseignement fondamental ne peuvent plus assurer leur mission de base qui prévoit que chaque élève puisse être capable de nager en sortant de la sixième primaire", poursuit John Beugnies. "Un directeur m’explique qu'il est tout bonnement impossible de trouver un bassin disponible et qu'on se retrouve avec des enfants qui ne savent pas nager en fin de sixième primaire, ce qui est extrêmement dangereux."

John Beugnies va donc déposer une motion au prochain conseil communal, demandant de trouver des solutions avec les exploitants du Lago afin de pratiquer des prix acceptables pour les baigneurs de Cuesmes et dégager des horaires supplémentaires pour les élèves.

Du côté de la Ville, l'échevine des Sports Mélanie Ouali et l'échevin en charge de la Régie foncière, Maxime Pourtois, ont déjà entamé des discussions avec les gérants du Lago. "À Cuesmes, nous avons une piscine communale. Tandis que le Lago est géré par un privé et propose d'autres types d'infrastructures, ce qui explique la différence de prix. Mais nous avons déjà lancé des discussions et si rien n'est arrêté pour le moment, le gérant du Lago est ouvert à l'idée de s'adapter dans la mesure du possible pour les baigneurs de Cuesmes", nous explique la porte-parole de la Ville de Mons. "Les discussions portent également sur l'aménagement de plages horaires pour les élèves. Il faut évidemment tenir compte du contexte sanitaire qui contraint déjà le Lago à limiter la fréquentation de la piscine. Mais il y a une bonne collaboration et nous essayons de trouver un arrangement."