Les réthos du Sacré-Cœur ont manifesté mardi matin pour dénoncer les méthodes de la direction. Des profs les soutiennent.

La rentrée des cours ne s’est pas passée comme prévu ce mardi matin à l’Institut du Sacré-Cœur à Mons. Plutôt que de gagner leurs classes, les élèves de rétho se sont rassemblés à la Place du Parc, non loin de l’établissement scolaire, avant de manifester silencieusement devant leur école, la bouche symboliquement bâillonnée par du scotch.

"Nous avons toute une série de petits problèmes", nous confie une élève. "Nous manquons par exemple d’un local d’étude, si bien que nous sommes obligés de travailler sous le préau, dans le froid et au milieu des pigeons. À cause de conditions strictement imposées, nous craignons aussi que notre voyage de rétho tombe à l’eau. Ce ne sont pas des problèmes extrêmement graves. Ce que nous dénonçons surtout, c’est le manque d’écoute de la direction. Dans cinq mois nous aurons quitté cette école. Mais nous manifestons aussi pour ceux qui suivent."

Signe que le dialogue est manifestement compliqué entre la direction et les élèves, c’est un huissier et des policiers en civil qui ont été envoyés pour gérer le mouvement de protestation. "Nous avons quitté la rue pour manifester dans la cour de l’école", poursuit l’étudiante. "Nous avons alors été enfermés dans la cour et nous avons chacun dû donner notre identité. Nous avons poursuivi notre manifestation devant les bureaux de la direction en diffusant la liste de nos revendications. Le directeur a alors fermé la porte et ses stores. C’est symptomatique. Trois élèves du comité ont alors été reçus pendant trois heures. Quand ils sont sortis de là, la direction n’avait qu’un message à nous adresser : nous sommes égoïstes."

Faute de réaction attendue, les élèves pourraient lancer de nouvelles actions de protestation. Ils sont déjà suivis par des professeurs. "Au matin, nous avons manifesté sous les applaudissements de nos profs. Ça témoigne tout de même de quelque chose. La plupart ont également refusé de donner des heures de cours. Nous mènerons probablement de nouvelles actions si la direction ne change pas d’attitude. Et nous le ferons sans doute avec les parents pour mieux faire passer le message."

Ce mardi, nous avons tenté de joindre la direction du Sacré-Cœur, sans succès. Le secrétariat nous indique toutefois qu’une communication officielle devrait être délivrée ce mercredi.