Mons

La Brasserie du Borinage est le fruit de la collaboration entre Ca brasse pour moi et Bastards Brewers.

En 2015, Antoine Malingret et sa compagne Catherine lançaient « Ca brasse pour moi », un concept alliant soirées de zythologie (l’étude de la bière, ndlr), accords mets-bières, cave à bières et finalement brasserie artisanale. Et c’est dans l’ancienne ferme des grands-parents d’Antoine Malingret, à Boussu, que le rêve était devenu réalité. Aujourd’hui, le couple se recentre et ferme les portes de sa cave à bières pour se consacrer aux activités liées à la zythologie et à la gastronomie.

C’est ainsi qu’au mois de janvier, la Brasserie du Borinage voyait le jour. "Depuis environ un an, je collabore de façon régulière avec Manu et Damien, de la nanobrasserie montoise Bastards Brewers. L’idée de fonder la Brasserie du Borinage a fait son chemin parce qu’il n’y avait pas d’appellation officielle. Aujourd’hui, nous avons une identité forte, un nom qui fait sens et qui rassemble", explique Antoine Malingret.

"Nous avions véritablement envie de mettre notre région en avant. Aujourd’hui, avec un nom sans équivoque, ce sera plus facile de faire rayonner le Borinage, notamment dans les différents salons que nous fréquentons." Si la région était déjà valorisée à travers le visuel de certaines bières, elle le sera également via les ingrédients. "Nous allons renforcer la communication autour du fait que nos céréales sont issues de notre ferme, grâce au travail de mes parents, agriculteurs et producteurs."

Aux six bières permanentes qui composent déjà la gamme, des bières plus saisonnières, plus ponctuelles viendront s’ajouter. Et Antoine Malingret de citer quelques exemples : "Nous avons par exemple déjà décliné notre bière Empire en version plus hivernale, avec des épices. Nous avons également sorti une bière à l’occasion d’Halloween, la Mary Rose (en clin d’œil aux sorcières de Warquignies), à base de potirons."

Pour l’heure, le collectif entend proposer des bières originales, artisanales et de qualité en privilégiant par ailleurs une approche plus locale en matière de distribution. Le projet n’en est qu’à ses débuts mais déjà, les comparses annoncent leur intention de doubler très rapidement leur capacité de production.