Trois casernes, soit une trentaine de pompiers, étaient mobilisés

En début d'après-midi ce lundi, un incendie s'est déclaré dans un bâtiment industriel implanté sur le site des Tuileries, rue du Grand Péril à Braine-le-Comte. Ce sont les pompiers de Braine-le-Comte, renforcés par les hommes de Soignies et de Nivelles, qui sont intervenus. Au total, ce sont donc une trentaine de pompiers qui étaient mobilisés.

« À notre arrivée sur place, nous avons constaté que l'un des bâtiments, et il y a en a quelques-uns sur ce site industriel, présentait un important dégagement de fumées noires, confirmant qu'un incendie était bel et bien en cours », confirme le major Didier Leriche. « L'accès n'a pas été simple car le feu a pris au niveau du premier étage. Fort heureusement, le sol était bien protégeant et l'incendie n'a pu se propager au rez-de-chaussée. »

© E.B.

Les hommes du feu n'ont eu d'autres choix que d'installer les échelles. « Progresser dans un vaste bâtiment n'est pas simple, d'autant plus qu'ici, le propriétaire était occupé à remettre de l'ordre dans ses affaires. La pièce dans laquelle l'incendie s'est déclarée était très encombrée, ne facilitant pas notre intervention. »

Les pompiers se sont finalement scindés en deux équipes pour tenter de maitriser le brasier le plus rapidement possible. « Soignies et Braine-le-Comte sont intervenus en façade tandis que Nivelles prenait l'arrière du bâtiment. Nous avons pu maitriser le foyer dans un délais raisonnable et empêcher toute propagation. »

Non sans mal. « La longueur du bâtiment ne laisse que peu d'exutoire pour les fumées. En tant normal, nous en créons dans la toiture mais dans ce cas-ci, c'était impossible car la sous-toiture est particulièrement solide. Il aurait fallu une disqueuse pour y parvenir. Nous avons donc dû en créer via les velux. Les chercher a légèrement rallongé notre temps d'intervention. »

Heureusement, aucune victime n'est à déplorer. Les dégâts sont par contre colossaux : à l'intérieur, les fumées et les eaux ont tout détruit. Le propriétaire, toujours présent sur place, a précisé aux pompiers que son feu à bois était probablement à l'origine du sinistre. Ce que les professionnels ont pu confirmer une fois à l'intérieur.