Le président du PS a la main et ne compte pas perdre de temps.

Bien qu’il a perdu des plumes, le PS reste le premier parti francophone. Son président a donc la main pour discuter de la composition des futurs gouvernements en région wallonne et bruxelloise. Et Elio Di Rupo ne compte pas perdre de temps.

Alors que le Roi mène ses entretiens en vue de désigner un informateur pour le fédéral, le président du PS planifie déjà son travail pour le sud du pays. “En tant qu’informateur régional, je commencerai par inviter les deux principaux partis, à savoir le MR et Ecolo”, confie Elio Di Rupo. “Je laisserai ensuite passer le congé de l’Ascension pour reprendre les consultations lundi et évaluer la situation avec les uns et les autres.

En campagne, le PS n’a pas caché sa volonté de former la coalition la plus progressiste possible. Avec une assise de 23 sièges, les socialistes peuvent désormais envisager différents scénarios. Mais les discussions sur la formation d’un gouvernement wallon devront aussi tenir compte des tractations dans le reste du pays. Ce qui pourrait réserver quelques surprises pour l’avenir de l’Elysette...