Une perception immédiate sera réclamée à ceux qui ne respectent pas les règles.

Voilà deux semaines que la Belgique est entrée en confinement pour endiguer la propagation du coronavirus. Deux semaines durant lesquelles chacun a pu s'habituer à ce mode de vie pour le moins particulier. Si bien que les autorités ne se montrent plus aussi compréhensives avec ceux qui ne respectent pas les mesures de confinement. Désormais, les policiers sanctionnent les confinés récalcitrants. À Mons, ils sont même munis de terminaux bancaires pour pouvoir percevoir immédiatement les amendes. "Soyez rassurés, nos terminaux sont désinfectés avant et après utilisation", prévient la police de Mons-Quévy.

Si la légalité des sanctions administratives communales est remise en question pour non-respect des mesures de confinement, les amendes pénales, elles, ne sont pas contestables et peuvent varier entre 200 et 4.000 euros. À défaut de paiement sans motif fondé, les contrevenants seront automatiquement poursuivis devant le tribunal.

De manière générale, les autorités indiquent que les mesures de confinement sont plutôt bien respectées à Mons, même s'il reste quelques imprudents. Or, tant la police que le Parquet ont de bonnes raisons de sévir. Il en va tout d'abord d'une question sanitaire, le confinement permettant de limiter la propagation du coronavirus et donc, de sauver des vies. Il permet aussi d'alléger les hôpitaux et le personnel soignant, déjà soumis à rude épreuve. Il s'agit enfin de venir le plus vite possible à bout de l'épidémie et de limiter pour l'économie des dégâts qui s'annoncent déjà colossaux. Pour toutes ces raisons et pour éviter de devoir s'acquitter d'une amende sur l'un des terminaux bancaires de la police de Mons, mieux vaut donc respecter les règles de confinement.