Nous l'écrivions la semaine dernière, les villages d'Harmignies et de Givry peuvent espérer tourner la page des inondations avec l'installation d'une zone d'immersion temporaire. Mais un autre chapitre se profile avec l'inspection du réseau d'égouttage qui serait également mis en cause dans les problèmes d'inondations que rencontrent fréquemment les riverains.

La députée Jacqueline Galant a en effet interrogé la ministre de l'Environnement sur les mesures qui allaient être mises en place pour épargner les deux villages. Céline Tellier a ainsi apporté quelques détails techniques sur la zone d'immersion temporaire déjà annoncée. "La structure envisagée à Harmignies consiste en une digue à travers le lit majeur de la Trouille, en amont du boulevard Type. Lorsque le débit du cours d'eau dépasse le seuil fixé, une vanne mobile remonte et engendre un stockage temporaire de l'eau dans la zone d'emprise", précise la ministre. "La digue de retenue sera implantée sur une longueur d'environ 250m pour une hauteur maximale de 2m. Cette hauteur de la digue par rapport aux berges permettra de retenir une capacité maximale de 138.000 m3 sur une zone d'environ 17,5ha."

Mais la zone d'immersion temporaire ne sera visiblement pas la seule mesure à prendre pour tirer un trait sur les inondations. D'après les rapports des services de la ministre de l'Environnement sur les incidents survenus à Harmignies et Givry en janvier, la Trouille n'est pas tant mise en cause, mais plutôt des débordements du réseau d'égouttage. "J'ai donc demandé à la SPGE d'investiguer ce problème afin que ces incidents ne perdurent pas une fois la zone d'immersion mise en place", conclut Céline Tellier.